mercredi 16 décembre 2020 - 14:00 - Live
Salle V.V. - 3, rue Rossini - 75009
Millon
Après une trentaine de dessins anciens et modernes, on se tournera vers les tableaux parmi lesquels un ensemble de peintures géorgiennes de Basil Djordjaze et Félix Varla. De ce dernier, une toile de 1974, Les Musiciens , est attendue à 5 000/6 000 €. Au chapitre des icônes, les plus prisées devraient être une tempera sur bois du Saint prince Alexandre Nevsky , habillée d'un oklad en vermeil (Moscou, 1908-1917, 4 000/6 000 €) et une représentation de Mère de Dieu de Kazan , ornée d'un cadre en argent (Moscou, 1891, 5 000/7 000 €). Estimée 4 000/6 000 €, une curieuse salière en bronze argenté de forme pyramidale à décor ciselé d'animaux fantastiques, s'ouvrant en deux parties, témoigne des productions de l'école de Stroganov fondée à Moscou en 1825, devenue l'Institut impérial Stroganov pour les arts industriels en 1901, placée sous le patronage de la grande-duchesse Élisabeth (1864-1918). En revanche, il faudra lever la main jusqu'à 40 000/60 000 € si l'on se déplace pour un kovsh en vermeil et émaux cloisonnés orné d'une vue du Kremlin, travail de Feodor Rïckert pour Karl Fabergé. C'est entre 20 000 et 30 000 € qu'est attendue enfin une représentation en bronze à patine brune (fonte à la cire perdue de Valsuani) de la danseuse internationale et pianiste, la comtesse Tamara de Svirsky (1883-1972), par le prince Paul Troubetskoy. Une même estimation est annoncée pour un portrait d'Albert Bartholomé en habit de sculpteur (bronze à patine brune de Hébrard) par Raphaël Schwartz (1884-1934). Articles après-vente
L’âme slave d’un kovsh de la maison Karl Fabergé
Forme, décor, technique et signature  : le quatuorLire la suite
Articles avant-vente
Un bijou d’orfèvrerie signé Fabergé
Au nombre des objets emblématiques russes, les kovshLire la suite
230 Résultats