Toute de rouge vêtue, Marie Thérèse Jacquet de la Bussières devrait attirer bien des regards. Du moins son portrait, réalisé vers 1696 par Nicolas de Largillière et dont 100 000/150 000 € sont demandés. D'Anne Vallayer-Coster, le Portrait d'un jeune garçon exécuté vers 1779, conservé jusqu'au début des années 2000 dans la descendance de madame de Tourzel, gouvernante des enfants de France, est attendu à 10 000/15 000 €. Une parenthèse avec de l'archéologie emmenée par une stèle en calcaire d'époque Moyen Empire au nom du garde Nââ-Ib (8 000/10 000 €), puis l'on passe aux porcelaines (européennes et chinoises) et à l'argenterie. Une figure en pâte tendre de Mennecy (période Villeroy) représentant un grotesque appuyé contre un tronc d'arbre est annoncée à 7 000/8 000 €, une soupière en argent ciselé de feuillages et d'une scène de chasse au loup de l'orfèvre parisien Antoine Boullier (1781-1782) nécessitera 30 000/40 000 €. Les deux pièces proviennent de la descendance de Maurice de Wendel. Du bon mobilier classique ponctue la fin de séance, dont un grand fauteuil à la reine à châssis en bois mouluré sculpté d'époque Louis XV, attribué à Louis Cresson (6 000/7 000 €). Articles après-vente
Largillière, un bilboquet, une soupière...
Pari tenu pour Madame de la Bussières, qui a séduitLire la suite
Articles avant-vente
B comme bilboquet
La mode du bilboquet est lancée en France par Henri  III qui, dit-on, adorait y jouer entouré de ses…Lire la suite
Largillière : au chic parisien
Ce portrait de Marie-Thérèse Jacquet de la BussièresLire la suite
243 Résultats