Cette dispersion, riche de 120 œuvres, s'adresse aux amateurs de tableaux de l'école de Paris, plus précisément d'artistes venus de pays de l'Est au début du XX e siècle. Partagés entre paysages, portraits et natures mortes, les tableaux devraient s'échanger entre quelques centaines d'euros et 20 000 €. Tel est le cas d'un rare Portrait du poète David Knout et sa femme, signé Arcadie Lochakow, annoncé à 10 000/15 000 €, d'un portrait recto verso de Mela Muter exécuté dans les années 1930, associant celui d'une Femme au collier et d'une Jeune fille (15 000/20 000 €), d'une Composition au pichet et aux légumes de Simon Mondzain réalisé en 1920 (même estimation). De Zygmunt Menkès, deux toiles sont inscrites : La Famille de 1928, mettant notamment en scène en arrière-plan le peintre lui-même et ayant appartenu à son mécène Niko Mazaraki (50 000/60 000 €) et La Palette du peintre, espérée à 15 000/20 000 €. On pourra lui préférer l'univers poétique et la facture expressionniste de Stanislas Eleszkiewicz d'une part dans La Rue ondulante (6 000/8 000 €), d'autre part dans un Portrait d'homme au journal et à l'écharpe rouge des années 1930 (8 000/12 000 €). C'est à Reuven Rubin (1893-1974) que revient le lever de rideau : deux toiles Les Glaneuses (18 000/20 000 €) et Les Anémones (10 000/12 000 €) précèdent un Paysage de Galilée (aquarelle, 6 000/8 000 €) et une Maternité (encre brune, 1 500/2 000 €) et surtout le seul bronze connu de l'artiste, un Autoportrait réalisé vers 1920 en plâtre puis fondu par Susse à la demande de son ami Bernard Weinberg (6 000/8 000 €). Articles après-vente
Menkes, Muter et Lochakow à bonne école
Venus de tous les pays de l’Est européen, de nombreuxLire la suite
Articles avant-vente
Arcadie Lochakow, artiste rare
Exceptions faites de quelques paysages, les œuvresLire la suite
121 Résultats