Premier robot télécommandé

Le 15 décembre 2017, par Caroline Legrand

Il est devenu une légende. Dans son domaine, le Radicon Robot, fabriqué par la firme nipponne Madsudaya, est désormais l’un des plus convoités par les collectionneurs.

Radicon Robot, robot télécommandé en métal peint gris-vert, société Madsudaya, h. 38 cm (51 cm avec antenne).
Estimation : 10 000/15 000 €

Car ces derniers s’intéressent tout particulièrement aux robots nés dans les années d’après-guerre, au moment où le Japon tente de rebondir, après les épreuves que l’on sait, et mise tout sur les avancées technologiques – l’archipel ne disposant pas de matières premières en quantité importante. Astro Boy, en 1953, est le premier d’une longue série de héros inspirés des mangas, et qui seront de plus en plus automatisés… Sorti des usines en 1957, Radicon Robot est ainsi le deuxième jouet radioguidé de l’histoire, et le premier télécommandé, à l’aide de trois piles intégrées et de trois autres dans la manette. D’une taille imposante, 38 cm de hauteur, il présente un mécanisme très complexe pour son époque. Il est réalisé à partir d’un fer-blanc plus épais, peint avec un procédé électrique, de couleur gris-vert. Vous pourrez demander au petit  androïde d’avancer, de reculer, de tourner à droite ou à gauche, de bouger les bras, mais d’aussi allumer les lampes de ses oreilles, ses yeux et sa poitrine. Le Radicon Robot a inauguré la désormais célèbre série du «Gang of Five». Notre exemplaire, en parfait état, présente encore son étiquette d’origine («n° 58587, United Trading Co»), sa boîte, sa télécommande et son manuel d’instruction. On ne connaît qu’une trentaine de ses congénères encore en circulation.

Agenda
C'est un étrange et vaillant robot japonais, fabriqué en 1957 par la firme nippone Madsudaya, qui s'imposera en tête de cette affiche. Pas moins de 10 000/15 000 € seront demandés pour emporter ce Radicon Robot, qui fut le premier de son espèce télécommandé dans l'histoire des jouets. Il faudra encore prévoir 2 000/2 500 € pour un Bouquet de roses et de pivoines, peint par Gustave Bienvêtu à la fin du XIXe ou au début du XXe, et 1 200/1 300 € pour une panetière provençale du XVIIIe, modèle de Fourques, en noyer mouluré et sculpté.
samedi 16 décembre 2017 - 09:30
Aix-en-Provence - 7, chemin de la Vierge-Noire - 13090
Ivoire - Aix Luberon Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne