Suivez l’agneau de François-Xavier Lalanne

Le 10 juin 2021, par Sophie Reyssat

L’animal fétiche de François-Xavier Lalanne montre le chemin d’un XXe siècle créatif et poétique.

François-Xavier Lalanne (1927-2008), Agneau, 2002, épreuve en bronze et béton  époxy, datée et justifiée 219/500, cachet du fondeur Blanchet, 51 60 18 cm.
Estimation : 50 000/70 000 

Le volet consacré au XXe siècle par cette vente éclectique compte quelques têtes d’affiche dont la cote d’amour ne se dément pas, à l’image de François-Xavier Lalanne.
Animal de prédilection de l’artiste, le mouton l’a suivi pendant toute sa vie, et l’on peut même dire qu’il a lancé sa carrière et sa renommée internationale. Présenté pour la première fois au public au Salon de la jeune peinture en 1966, son troupeau en aluminium patiné noir, revêtu d’une toison de laine, fait sensation. Immédiatement adopté, l’herbivore s’installe dans les salons des plus grands collectionneurs, qui enrichissent leur cheptel au gré de leurs envies. Lalanne a en effet créé différentes versions de ses animaux, des sculptures ornementales aux œuvres fonctionnelles, comme le mouton-chaise. En bronze et béton époxy, cet
Agneau de 2012 devrait ainsi faire fondre les plus endurcis. Offert par l’artiste à son propriétaire actuel, il est resté jusqu’à aujourd’hui dans sa demeure de Seine-et-Marne, où il a acquis une belle patine au gré de ses années passées en plein air. Une autre passion anime Marianne Houtkamp, celle de l’Afrique, où elle a vécu de nombreuses années. En 2017, elle a ainsi imaginé un jeu d’échecs opposant les silhouettes longilignes des Bororos du Niger et des Samburus du Kenya, sculptées dans le bronze, à patine bleue pour les premiers, noire, vert antique et rouge pour les seconds (h. 24 à 37 cm, 20 000/30 000 €). Chacun tentera de faire gagner son camp sous le soleil d’un miroir de Line Vautrin, dardant ses étincelles en cabochons de Talosel créées vers 1955 (diam. 32 cm, 15 000/20 000 €). Également des années 1950, une lampe à balancier de Pierre Guariche, un modèle «GI SP» à double éclairage, en laiton verni et métal laqué noir et blanc, éditée par Pierre Disderot, diffusera sa lumière autour de 5 500 € (h. 160 à 200, l. 140 cm).

Agenda

Les bijoux ouvrent la sélection avec un bracelet ceinture incorporant une montre dissimulée par une boucle sertie de grenats et de roses (3 000/5 000 €). À la suite de l’Asie, notamment représentée par une coupe couverte chinoise en argent fabriquée par l’atelier Nao Sheng vers 1885, ornée de dragons, d’une revue militaire et d’une cérémonie d’offrandes (10 000/15 000 €), les tableaux mettront en avant Louis-Marie Désiré-Lucas, représenté par une quinzaine d’œuvres (entre 50 et 1 500 €), mais aussi Fikret Moualla avec sa gouache Le Retour de la fête (4 000/6 000 €). À côté du mobilier classique, le XXe siècle, bien représenté, alignera les noms de Line Vautrin, Pierre Guariche ou encore François-Xavier Lalanne, dont l’Agneau se laissera approvoiser autour de 60 000 €.

samedi 12 juin 2021 - 14:30 - Live
Melun - ZI, Vaux-le-Pénil, 746, rue du Maréchal-Juin - 77000
Jakobowicz & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne