La collection tauromachique de René Cluzel

Le 11 mars 2021, par Claire Papon

Il aura fallu attendre jusqu’au printemps pour tenter sa chance sur les livres, gravures et affiches de tauromachie réunis par René Cluzel.

Gustave Doré (1832-1883), Torero enlevé par le taureau, lithographie coloriée d’une suite de six originales en couleurs issue du premier tirage, 39,5 55,5 cm. Paris, vers 1860.
Estimation : 2 500/3 500 € (l’ensemble)

Les 220 lots de cette vente initialement prévue début novembre 2020 (voir l'article Sous le signe du taureau de la Gazette n° 37, page 22) sont estimés de 60 à 8 000 €. Des montants qui pourraient être dépassés, si l’on en juge par l’intérêt et l’engouement que suscitent les corridas chez les anonymes comme chez les célébrités. Il n’est qu’à voir le nombre de cercles taurins qui existent de Béziers à Bayonne, en passant par Vic-Fezensac, Jurançon, Nîmes ou Paris… Originaire de l’Aveyron, notre collectionneur septuagénaire a été initié très tôt aux arcanes de cette discipline. Un temps professeur d’université à l’Institut catholique, il ouvre, en 1972, rue de Vaugirard, à Paris, une librairie d’ouvrages généralistes et de curiosa. Tout en cultivant sa passion pour la tauromachie, ainsi que pour un certain Don Quichotte. Aujourd’hui, pas de moulins contre qui se battre mais, entre autres, une suite de six lithographies coloriées de Gustave Doré (voir ci-contre), un exemplaire de la première édition de la Tauromaquia d’Antonio Carnicero (Madrid, 1790) – orné de douze planches en couleurs figurant les différentes phases du combat (1 000/1 200 €) –, un lavis gouaché figurant trois portraits de toreros – ou autoportraits – signé du mime Marceau (150/200 €), d’affiches de spectacles de Manolete, Dominguín, El Cordobés et d’autres cartels. Des guides en français, en espagnol et en japonais, de voyages en Espagne, enrichis de gravures ou illustrés par la photographie, les accompagnent, dont une édition originale du Voyage pittoresque et historique de l’Espagne (Paris, 1806-1820), d’Alexandre de Laborde (7 500/8 500 €).

Panorama (avant-vente)

Arènes sanglantes

Le 29 octobre 2020, par Claire Papon

Cette scène de Banderillo excitant le taureau (39,5 55,5 cm) fait partie du premier tirage d’une suite de six lithographies originales en couleurs (Paris et New York, vers 1860) de Gustave Doré (1832-1883), comportant une légende en espagnol et en français sur le thème de la corrida. Elle provient de la collection René Cluzel, professeur d’université devenu libraire, passionné de tauromachie et d’ouvrages sur Don Quichotte, qui a choisi la maison Yann Le Mouel (M. Benelli, expert) pour céder ses livres, affiches, gravures, objets, cartes postales et autres guides ayant trait à la tauromachie et à l’Espagne. Le combat pour notre suite est annoncé à 2 500/3 500  mercredi 4, salle 15 à Drouot.

Agenda
Professeur d'université devenu libraire au début des années 1970, René Cluzel a réuni une bibliothèque consacrée à la tauromachie, dont il se sépare aujourd'hui. Cet ensemble qui intéressera aussi bien les aficionados que les amateurs de voyages, en Espagne notamment  – dont une édition originale de celui en 4 volumes illustrés d'Alexandre de Laborde, 7 500/8 500 € –, se partage entre livres anciens et illustrés modernes, affiches (voir Gazette n° 37, page 22), gravures et quelques manuscrits taurins.
mercredi 17 mars 2021 - 14:00 - Live
Salle 15 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Yann Le Mouel
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne