Panorama (avant-vente)

L’art et la matière

Pas moins de 70 toiles de Faïbich-Schraga Zarfin sont proposées, un artiste rare sous le marteau.

Si les œuvres de Faïbich-Schraga Zarfin (1897/1899-1975) passent rarement sous le marteau, difficile de ne pas espérer en acquérir une, parmi les 70 toiles proposées vendredi 25, salle 10 à Drouot par Ader. Installé en 1924 à Paris, où il retrouve son ami d’enfance Chaïm Soutine, originaire comme lui de Smilovitchi en Biélorussie, après avoir étudié aux Beaux-Arts de Vilna, Zarfin ne cessera d’explorer le langage plastique, la vie intérieure et spirituelle de l’homme. La touche est épaisse, fracturée et envahit toute la surface du tableau. Telle cette Marine de 1957 (54 81 cm), issue de la collection de son ami et voisin en région parisienne, le pharmacien Paul Rampenault, dans la famille duquel elle est demeurée. Son estimation ? 1 000/1 500 €.

Agenda
Une place particulière revient à Faïbich-Schraga Zarfin (1897 ou 1899-1975), originaire de Biélorussie, installé à Paris en 1924 où il retrouve son ami d'enfance, Chaïm Soutine. Une soixantaine de toiles et œuvres sur papier, estimées 300 à 1 500 €, sont proposées, provenant de la collection de son ami, le pharmacien Paul Rempenault. On tentera ensuite sa chance sur deux paysages aux moissons de Gustave-Gaston Cariot (autour de 5 000 € chacun), une Rue de village animée de Victor Charreton (3 000/5 000 €), une vue du Chevet de Notre-Dame signée Victor Vignon (3 000/4 000 €), des Baigneuses de Jean Lurçat (10 000/15 000 €), et des Marins sur le port de Concarneau par Pierre de Belay (3 000/5 000 €).
vendredi 25 septembre 2020 - 14:00 - Live
Salle 10 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Ader
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne