Prunella Clough et Keith Vaughan, peinture anglaise contemporaine

Le 08 avril 2021, par Claire Papon

Ils ne sont probablement pas ceux qui pourraient enregistrer les meilleurs scores, mais ils sont sûrement les plus rares de ce côté-ci de la Manche. Focus sur Prunella Clough et Keith Vaughan.

Prunella Clough (1919-1999), Woman Minding Machine, 1953, huile sur toile, 61 50 cm.
Estimation : 30 000/40 000 

Ne cherchez pas leurs œuvres sur le marché français, vous ne les trouverez pas. C’est à Londres qu’elles sont proposées généralement. Une belle opportunité donc, que cet ensemble de dessins et de toiles de Prunella Clough et Keith Vaughan, deux artistes britanniques appartenant au même cercle. Née dans une famille aisée du quartier de Chelsea – son père est le poète Eric Taylor, sa tante la créatrice Eileen Gray –, Prunella Clough fait ses classes avec le sculpteur Henry Moore avant de se lancer dans la peinture, donnant une part importante aux paysages industriels. Hommes et femmes au travail, dans des usines ou sur des chantiers, images de centrales électriques, sites industriels ou urbains alimentent un travail qui évolue vers des formes de plus en plus abstraites : fragments de détritus ou déchets de la société de consommation. Sa palette se partage entre couleurs douces ou neutres rehaussées de tons plus vibrants. Comptez 30 000/40 000 € pour la toile Woman Minding Machine de 1953 (voir ci-contre), 1 000 à 2 000 € pour ses œuvres sur papier des années 1960 à 1980. De Keith Vaughan, une quinzaine de feuilles d’études de nus masculins au crayon, certains des années 1940-1942, prennent aussi le chemin des enchères. Ils sont estimés de 2 000 à 10 000 €, tandis qu’un Paysage abstrait de 1960, à la palette de brun, de bleu et d’ocre, est attendu à hauteur de 20 000/25 000 €.

Agenda
Loin devant, c'est entre 1 M et 1,2 M€, qu'est espéré l'acrylique et sable sur toile de Domenico Gnoli, Le Canapé bleu. L'œuvre, exécutée en 1964, a été exposée à la galerie Isy Brachot en 1984 (voir Gazette n° 13, page 16). On a retenu également un petit ensemble d'œuvres (sur papier et sur toile) des Britanniques Prunella Clough et Keith Vaughan, des dessins et aquarelles de Louis Valtat (est. 100 à 1 200 €), des compositions de Tang Haywen et de Claude Verlinde, une toile de Léopold Survage de 1919, Maisons ayant appartenu au marchand Léonce Rosenberg (18 000/22 000 €), des Fleurs d'artichaut par Bernard Buffet (40 000/60 000 €). Plus rares sous le marteau, une tapisserie en laine polychrome de Leonora Carrington, Personnage au serpent et une technique mixte de Friedrich Hundertwasser, Sur les routes rouges des montagnes de la lune, 1967 (exécutée à Fort Portal en Ouganda) sont annoncées respectivement à 20 000/25 000 € et 40 000/60 000 €. La conclusion revient à une œuvre vendue sur désignation, en raison de son format monumental : c'est une accumulation de bobines d'acier et de matrices de cuillers d'Arman, intitulée Matricielle, exécutée pour les 50 ans de la société Guy Degrenne inaugurée devant son siège à Vire, le 29 septembre 1998. 500 000/600 000 € en sont demandés.
mardi 13 avril 2021 - 02:00 - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne