Panorama (avant-vente)

Mary Cassat et la petite Françoise

Le 07 janvier 2021, par Caroline Legrand

Cette aquarelle préparatoire de Mary Cassat décrit une fillette nommée Françoise.

Mary Cassatt (1844-1926) est la plus célèbre peintre impressionniste américaine. Après des études aux beaux-arts de Pennsylvanie, elle arrive à Paris en 1865. Élève de Jean-Léon Gérôme, elle découvre l’impressionnisme à Barbizon. Le portrait – notamment celui d’enfant – demeurera son thème de prédilection, comme le prouve cette aquarelle de 1908, signée, intitulée Françoise Sewing (n° 2), une œuvre préparatoire à la peinture répertoriée sous le numéro 538 du catalogue raisonné de l’artiste, Françoise in Green Sewing (Mme Sevestre-Barbé, M. de Louvencourt experts). La petite fille nommée Françoise fut l’un des modèles favoris de la peintre à cette époque, qui le représenta dans plusieurs moments de sa vie quotidienne, comme ici en train de coudre. Provenant d’une collection particulière, cette œuvre, annoncée à 15 000/20 000 € à Mâcon le samedi 9 janvier, est passée par la collection Durand-Ruel en 1914, puis celle de Mancini en 1917 (Quai des enchères OVV).

Agenda
L'artiste d'origine roumaine Demeter Chiparus (1886-1947) a marqué la statuaire de la période art déco. Né dans une famille aristocratique où l'on parlait le français, il arrive à Paris en 1912. Là, il reçoit l'enseignement d'Antonin Mercié et d'Alfred Boucher à l'École des beaux-arts. Durant les années de l'entre-deux-guerres, de liberté et de volonté de créer une société nouvelle, les spectacles de danse, de théâtre et de cabaret font fureur à Paris. Des musiques nouvelles comme le charleston ou le jazz venus des États-Unis, la libération de la femme et l'exotisme – très présents dans les fameux Ballets russes – lui inspirent des statuettes chryséléphantines de femmes dansant ou de déesses d'Orient, toutes richement parées et habillées de costumes modernes. En témoigneront une Danseuse à la combinaison, une fonte certainement tardive présentée avec une estimation de 3 000/4 000 €, mais aussi un Pierrot à 2 000/3 000 €. Des œuvres qui seront accompagnées aux cimaises d'une peinture sur cuivre de l'école anversoise vers 1630, proposant une Allégorie de la richesse et qui pourrait partir à 4 000/6 000 €, d'une aquarelle signée Mary Cassatt, Françoise Sewing, attendue à 15 000/20 000 €, et d'une toile de Tamara de Lempicka, Femme nue de dos, datée vers 1921 et prête à se retourner à 6 000/10 000 €. 
samedi 09 janvier 2021 - 02:30
Mâcon - 1, avenue Édouard-Herriot - 71000
Quai des Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne