Buthaud revisite le fixé sous verre

Le 03 juin 2020, par Caroline Legrand

Un ensemble exceptionnel de douze panneaux en fixés sous verre églomisé de René Buthaud sera présenté en deux lots distincts, mais avec faculté de réunion, à Bordeaux.

René Buthaud (1886-1986), À l’ombre d’une végétation luxuriante peuplée d’oiseaux, une nymphe dénudée se prélasse, bercée par la joueuse de luth Chio, un jeune faon à ses côtés, vers 1940-1945, huit panneaux fixés sous verre églomisé, sur châssis d’origine en bois, 230,5 99,5 cm.
Estimation : 60 000/80 000 

Ces douze panneaux forment un seul et même décor, représentant d’une part une nymphe dénudée se prélassant au son d’une joueuse de luth, à côté de laquelle se tient un jeune faon ; d’autre part, derrière la nymphe, une figure du dieu Pan allongé joue de sa flûte. Les huit panneaux aux deux personnages seront présentés avec une estimation de 60 000/80 000 €, et les quatre panneaux avec le dieu Pan seul, à 30 000/40 000 €. Mais ces deux lots seront vendus avec faculté de réunion. Datés vers 1940-1945, ils proviennent d’une collection particulière et sont le fruit d’un travail exceptionnel et unique de René Buthaud. L’artiste bordelais est une figure majeure du renouveau des arts décoratifs du XXe siècle. Entré à l’école des beaux-arts de Bordeaux à 17 ans, il se lance résolument dans les arts du feu après la Première Guerre mondiale. Ses formes classiques et ses décors historiés, mêlant avec grâce art populaire et tradition de la porcelaine française, trouvent immédiatement leur public. Lors de sa première exposition, en 1920 à Bordeaux, Maurice de Vlaminck lui achète l’une de ses céramiques ; d’autres grands collectionneurs, des galeries mais aussi l’État prendront la suite. L’ensemble présenté en vente prochainement n’est toutefois pas réalisé en céramique. Peints à l’inverse, ce sont des fixés sous verre églomisé, c’est-à-dire doublé d’un fond, métallique ou en miroir. L’origine de ce travail remonte vers 1931, quand Buthaud découvre chez un brocanteur une gravure du début du XIXe siècle entourée d’un passe-partout à motif de dentelle, dont l’ensemble se détache sur fond d’or, un procédé ancien appelé « fixé sous verre ». Durant deux années, l’artiste va effectuer de nombreuses recherches afin de réaliser un panneau selon cette technique. Suivront un peu plus d’une vingtaine de créations, dont moins d’une dizaine de grandes dimensions, comme ici. René Buthaud fit des émules, puisqu’un autre Bordelais, Jean Dupas, réalisera en fixé sous verre le décor mural du salon de première classe du paquebot Normandie, conservé au Metropolitan Museum de New York.

mercredi 10 juin 2020 - 09:30 - Live
Bordeaux - 136, quai des Chartrons - 33300
Ivoire - Bordeaux Chartrons-Bordeaux Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne