Gazette Drouot logo print

Atelier de Bernard Van Orley

Publié le , par Caroline Legrand

Délicate et minutieuse, cette Vierge à l’Enfant est le reflet de l’art de Bernard Van Orley par qui la Renaissance italienne entra en Flandres.

École flamande vers 1530, atelier de Bernard Van Orley (vers 1488-1541), Vierge à... Atelier de Bernard Van Orley
École flamande vers 1530, atelier de Bernard Van Orley (vers 1488-1541), Vierge à l’Enfant dans un paysage, panneau de chêne parqueté, 63 48 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Cette composition aurait été peinte vers 1530-1540, une période particulièrement fertile dans la carrière de Bernard Van Orley et de son atelier. On peut ainsi comparer l’ange de gauche avec celui de la Sainte Famille datant de 1522, et aujourd’hui conservée au Prado à Madrid, tandis que les figures sont similaires à celles du tableau de 1521 présenté au sein des collections du musée du Louvre. Formé par son père, Bernard Van Orley – dont on n’est pas sûr qu’il ait effectué le voyage en Italie – a été fortement influencé par la vue des cartons de Raphaël à Bruxelles, entre 1515 et 1519, mais aussi par Albrecht Dürer, qui se rendit aux Pays-Bas. En 1521, le Triptyque de la vertu de la patience, commandé probablement par Marguerite d’Autriche, exprime déjà ces évolutions stylistiques venues de l’Italie de la Renaissance. La fin de sa carrière sera en grande partie consacrée aux tapisseries – dont la tenture Des Chasses de Maximilien conservée au musée du Louvre –, aux tapis et aux vitraux. Son corpus d’œuvres est toutefois riche de nombreux portraits de personnalités importantes, tels Charles Quint, Marguerite d’Autriche, Otton Ier comte de Nassau ou Jehan Carondelet, le président du Conseil ecclésiastique de Bruxelles et chancelier des Flandres. Tous admiraient le style novateur de Van Orley, sa perfection dans la traduction des éléments décoratifs et des vêtements – qui le rattachent encore à la tradition gothique flamande –, mais aussi sa délicatesse dans le traitement humaniste des visages et la grande maîtrise de la perspective dans ses paysages le rapprochant de la Renaissance italienne. Si sa réussite fut parfois contrecarrée par le fait qu’il avait choisi d’embrasser le protestantisme, le peintre a pu créer un important atelier dans lequel de nombreux collaborateurs répondaient aux commandes. En 2019 à Bruxelles, une exposition a été organisée afin de rendre un juste hommage à l’œuvre et à l’influence de Bernard Van Orley sur les arts de son pays, et les générations suivantes.

Agenda

Une Vierge à l'Enfant dans un paysage, de l'atelier de Bernard Van Orley vers 1530 (15 000/20 000 €. Voir Gazette n° 33 page 122), partagera la tête de cette affiche avec le peintre du XXe siècle Claude Venard, à  l'origine d'une Nature morte au poisson (20 000/30 000 €). Plusieurs sculptures médiévales se laisseront par ailleurs admirer… Citons dans leurs rangs une Vierge en majesté haute de près de 70 centimètres, issue d'un travail du XIIIe siècle de Castille-et-León (Espagne), en noyer sculpté et à restes de polychromie (15 000/30 000 €), et une Vierge à l'Enfant du deuxième tiers du XVe de la région de Cologne en Allemagne, en noyer sculpté, polychromé et doré (8 000/10 000 €). Le mobilier comptera pour sa part un bureau Mazarin du XVIIsiècle, agrémenté toutes faces de fleurs de jasmin et à marqueterie Boulle (8 000/10 000 €).

tableaux, mobilier et objets d'art, tableaux anciens et tableaux modernes, sculptures, art forain, art religieux
samedi 03 octobre 2020 - 14:00 (CEST)
5, rue Cruche-d'Or - 87000 Limoges
Pastaud
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot