facebook
Gazette Drouot logo print

Nicolas de Largillière, tout en maîtrise

Le 24 novembre 2021, par Caroline Legrand

Bientôt inclus au catalogue raisonné de l’artiste par Dominique Brème, ce tableau peint en 1730 évoque la période de maturité du grand Largillière.

Nicolas de Largillière, tout en maîtrise
Nicolas de Largillière (1656-1746), Portrait de monsieur Laurent âgé de 92 ans, 1730, toile d’origine signée et datée, 82 64,5 cm.
Estimation : 6 000/8 000 Adjugé : 49 600 €

Savoir mettre en valeur ses modèles, avec virtuosité et élégance, mais en conservant une dose de réalisme : tout un art que Nicolas de Largillière porte à la perfection. La preuve avec ce Portrait de monsieur Laurent, daté 1730. À cette époque, l’artiste touche à la fin de sa carrière. Et bien que son travail soit apprécié de tous, il va une nouvelle fois faire évoluer son style. Il abandonne alors les couleurs stridentes du début du siècle et délaisse la mise en avant de la classe sociale du modèle, afin de privilégier une introspection psychologique, accentuée par le fond sombre de la toile. Une démarche qui s’inspire notamment de l’œuvre de Rembrandt, enfin reconnu à sa juste valeur au XVIIIe siècle en France. Cette évolution stylistique n’est pas si surprenante quand on sait que Nicolas de Largillière a passé son enfance à Anvers, où son père, chapelier, s’est installé quand il avait 3 ans, et a réalisé son apprentissage dans la capitale flamande, au sein de l’atelier d’Antoine Goubau. Puis ce sera Londres, auprès du successeur de Van Dyck, Peter Lely, qui lui transmettra le goût des détails et la minutie dans le rendu des vêtements. Artiste prolifique, Largillière compterait à son actif pas moins de mille cinq cents tableaux, sa clientèle se trouvant plutôt chez les grands bourgeois, les magistrats, les parlementaires et les financiers, à la différence de son ami Hyacinthe Rigaud, bénéficiant des commandes des aristocrates.

Agenda
Au début des années 1730, Nicolas de Largillière abandonne les couleurs stridentes du début du siècle et délaisse la mise en avant de la classe sociale du modèle au profit d'une introspection psychologique plus grande. Daté de 1730, un Portrait de monsieur Laurent âgé de 92 ans témoignera de cette évolution stylistique du plus grand portraitiste de l'époque Louis XV (6 000/8 000 €). À ses côtés figureront pêle-mêle une boîte à cigarettes de chez Cartier, en or tressé et à fermoir serti d'une ligne de saphirs (6 000/7 000 €), un acrylique sur toile signé Karl Lagasse, To Rob a Bank, de 2021 (5 500/6 000 €), et une commode Régence en placage d'amarante (5 000/5 500 €).
samedi 27 novembre 2021 - 09:00 - Live
1, rue de la Paix - 10000 Troyes
Ivoire Troyes - Boisseau-Pomez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot