facebook
Gazette Drouot logo print

La collection de kachinas de M. Augustin D.

Le 11 janvier 2022, par Caroline Legrand

Pour l’inauguration de son nouvel hôtel des ventes situé non loin de Rennes, la maison nantaise OEP dispersera une collection particulière d’une quinzaine de kachinas.

La collection de kachinas de M. Augustin D.
Arizona, États-Unis. Kachina représentant Shalako mana, la «Jeune fille-oiseau-géant», bois et pigments colorés, h. 42 cm.
Estimation : 2 500/3 000 

Estimées de 500 à 3 000 €, quinze kachinas sont conservées depuis plus de quatre-vingts ans dans la famille de M. Augustin D., qui les a rapportées des États-Unis dans les années 1930. Mises en lumière en Europe il y a plus d’un siècle par André Breton ou encore Max Ernst, surréalistes qui louaient leur proximité avec le monde des rêves et de la poésie, les kachinas représentent à la fois les esprits de la mythologie de la tribu des Indiens hopi d’Arizona et du Colorado et les masques qui les incarnent. Ces poupées, fabriquées par les hommes-masques et offertes par eux aux enfants lors d’une danse rituelle, servent d’objets pédagogiques, aidant les plus jeunes à se familiariser avec la mythologie de leur ethnie. L’apparence, les couleurs et les vêtements de chaque esprit servent à les identifier. Ainsi, la coiffure en terrasse de cette kachina Shalako mana symboliserait les nuages, tandis que les peintures ornant le menton représenteraient un arc-en-ciel. On attirera également votre attention sur Sipikne, le «Guerrier zuni», un membre de la famille des gardes guerriers reconnaissable à son masque noir à long nez (1 500/2 000 €), et sur la kachina Cactus (2 000/2 500 €). Pour sa part identifiable à sa coiffure en forme de figuier de Barbarie, cet esprit ne serait apparu dans le panthéon hopi qu’au début du XXe siècle, intervenant exceptionnellement dans les cérémonies dans lesquelles il serait associé au nettoyage des sources.
 

Arizona. Kachina représentant probablement une variante de Tawa, le “kachina du soleil”, bois et pigments colorés, h. 34 cm. Estimation :
Arizona. Kachina représentant probablement une variante de Tawa, le “kachina du soleil”, bois et pigments colorés, h. 34 cm.
Estimation : 2 000/2 500 €

Agenda

La session inaugurale de cette nouvelle adresse de la maison Ouest Enchères Publiques (OEP), près de Rennes, offrira un programme éclectique de qualité. On débutera par les arts du XXe siècle avec tant un lampadaire Flotteur d'Yonel Lebovici, en aluminium, bois tourné et tôle polychromes (12 000/15 000 €), qu'un plat en faïence de Pablo Picasso édité par Madoura, à décor en polychromie d'une nature morte à la pomme et au verre (8 000/12 000 €). On se tournera ensuite vers les cimaises pour y admirer un Portrait du Régent d'un suiveur du peintre du XVIIe Jean-Baptiste Santerre (4 000/6 000 €), mais aussi des Bretonnes à la fontaine au crocodile du quai Pénéroff à Concarneau, sous le pinceau d'Henri Barnoin (même estimation). On conclura sur une intéressante collection de poupées fétiches amérindiennes (kachinas), riche d'une quinzaine de pièces recueillies dans les années 1930 par M. Augustin D. (entre 500 et 3 000 €. Voir Gazette n° 2, page 84).

tableaux, mobilier et objets d'art, armes, militaria, souvenirs historiques, objets d'art américains
samedi 22 janvier 2022 - 14:00 (CET)
173 bis, rue de Lorient - 35132 Vezin-le-Coquet
Ouest Enchères Publiques
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot