L’homme de confiance d’Henri IV

Le 22 janvier 2020, par Caroline Legrand

Provenant de la succession du baron Alain de Montgascon, ce portrait du XVIIe représente Henri IV et Marie de Médicis avec leurs enfants, mais aussi un ami et fidèle serviteur : Guillaume Fouquet de La Varenne.

École française du début du XVIIe, suiveur de Frans Pourbus, Henri IV et la reine Marie de Médicis devant leurs enfants avec le marquis Guillaume Fouquet de la Varenne, toile, 199 139 cm.
Estimation : 50 000/80 000 

Cette grande toile, mesurant près de 2 mètres de hauteur, a toujours appartenu à la même famille, celle de son commanditaire : le marquis Guillaume Fouquet de La Varenne (1560-1616). Ce dernier, que l’on voit ici aux côtés de la famille royale, était l’un des hommes de confiance d’Henri IV, et certainement l’un des plus proches d’entre eux. Il obtint même le privilège de faire édifier son tombeau en l’église du collège de La Flèche (Sarthe), au pied de l’urne qui devait contenir le cœur du roi après sa mort. Fils d’un «écuyer de cuisine» de la duchesse de Vendôme, Martin Fouquet, et de Guillemine Beaufils, originaire de La Flèche (où il naît), Guillaume fait ses premières armes en 1578 en entrant au service de Catherine de Bourbon, la sœur du futur souverain. Ce dernier le remarque rapidement et l’engage en 1580 comme «écuyer portemanteau», une dignité rare pour quelqu’un n’étant pas membre de la noblesse. Et il ne s’arrête pas là car, grâce à ses qualités de soldat et de diplomate, il contribue plus tard à plusieurs victoires comme la prise de la place forte d’Angoulême, tenue par les ligueurs (1580), mais aussi celles de Coutras (1587), d’Arques (1589), ou de Fontaine-Française (1595). Il est ensuite envoyé en mission en Espagne et à Londres, et aide au retour des jésuites en France à partir de 1603. Devenu gouverneur de La Flèche, il veille au développement de la ville et à sa prospérité. Ce portrait commémoratif montre Fouquet de La Varenne tenant dans la main un papier, où l’on peut lire ces mots : «Il m’a fait acquérir l’honneur et m’a donné le bien.» Mentionné dans un inventaire après décès de 1699, le tableau était à cette époque accroché au-dessus de la cheminée, dans la salle des Vertus du château des Fouquet. Il passe ensuite par descendance dans les familles de Champagne et Choiseul avant de retourner à la Flèche, grâce à la baronne de Montgascon, à la Templerie, rue de la Tour-d’Auvergne, en 1936, où il est resté jusqu’à sa mise en vente.

samedi 01 février 2020 - 14:15
Duval - La Flèche - 5, rue Pape Carpantier - 72200
Cyril Duval Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne