Picasso début de siècle

Le 25 juin 2020, par Sophie Reyssat

La Belle Époque dévoile ses facettes, sous les pinceaux de Forain, Picasso, Loiseau et Guillaumin.

Pablo Picasso (1881-1973), Femme debout tenant deux enfants, 1901, fusain sur papier, 31,2 22 cm.
Estimation : 80 000/100 000 

© SUCCESSION PICASSSO, Paris, 2020

Les sujets représentés sont autant le reflet de leur époque que celui de la sensibilité des artistes. À l’aube du XXe siècle, des mondes diamétralement opposés se côtoient dans le Paris de la fête et de la misère. Adoubé par Edgar Degas, disant de lui que «ce jeune homme vole de nos propres ailes», Jean-Louis Forain s’enthousiasme pour l’Opéra, dont il immortalise les danseuses dans deux toiles, proposées entre 12 000 et 20 000 €. Comme le montre celle de 1905, des hommes bien nés et bien mis, en pardessus noir et chapeaux hauts de forme, rôdent dans les coulisses, attirés par les charmes des jeunes femmes en tutus roses… Picasso, lui, ne participe pas à la vie mondaine des abonnés, mais fréquente plutôt les cabarets de Montmartre où s’encanaille la bohème, et les bars, aux comptoirs desquels s’accoudent les pierreuses, qu’il habille de tons bleus. Ce début de siècle est une période de vaches maigres pour l’artiste. Inspiré par les sujets sombres, à l’unisson de son quotidien miséreux, il se rend à plusieurs reprises à l’hôpital-prison de Saint-Lazare, à Paris, en 1901. Depuis 1794, l’établissement est réservé aux femmes, et l’on y enferme sans distinctions les criminelles, les délinquantes, les condamnées pour dettes, les prostituées et les jeunes femmes retirées à leurs parents. Leurs enfants les accompagnent. Picasso les dessine et réalisera une série de toiles sur le thème de la maternité. Ce fusain, montrant deux enfants blottis contre leur mère, qui détourne le regard, pourrait correspondre à cette période. À la même époque, les paysagistes trouvent l’apaisement en recueillant leurs impressions loin de la capitale. Alors que Gustave Loiseau s’installe à Pornic, en 1900, et immortalise les effets de la pluie sur le petit port breton (70 000/90 000 €), Armand Guillaumin choisit la Côte d’Azur et les éclaboussures de soleil sur les Barques à Agay (30 000/50 000 €).

mardi 30 juin 2020 - 14:30 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne