L’élégance au féminin sous Charles X

Le 21 octobre 2020, par Caroline Legrand

Bien que dans la continuité de l’époque Empire, le mobilier Restauration s’inscrit dans un désir de renouveau des arts décoratifs.

XIXe siècle. Coiffeuse en placage de palmier, bronzes dorés, un tiroir en ceinture découvrant une écritoire, 147 99 54,5 cm.
Estimation : 10 000/15 000 

Plusieurs années avant que Charles ne monte sur le trône, en 1825, le solennel et souvent dépouillé mobilier impérial est peu à peu remplacé par des modèles aux bronzes néoclassiques volontiers floraux, moins allégoriques, et aux formes légèrement assouplies, laissant entrevoir courbes et volutes dans des structures encore géométriques, que l’on retrouve dans les consoles d’accotoirs des fauteuils ainsi que dans le piétement de cette coiffeuse. Ce type de meuble prend alors une tout autre ampleur que durant les époques précédentes, avec son imposant miroir ovale encadré par deux colonnes surmontées de têtes d’enfant en bronze doré. Le tiroir en ceinture découvre une écritoire, permettant à sa propriétaire d’écrire confortablement installée à la lumière des deux bougeoirs latéraux. Une création digne d’une femme importante de la cour, telle la duchesse de Berry, la belle-fille du roi qui fut l’une des principales mécènes des arts à cette époque et fit notamment meubler le pavillon de Marsan, aux Tuileries, dans ce goût ; l’ensemble est aujourd’hui conservé au musée des Arts décoratifs de Paris. On remarque notamment, estampillée Félix Rémond, une table de toilette proche de celle-ci, hormis le bois de palmier, rarement utilisé dans la décennie 1820 qui lui préfère les bois clairs et indigènes comme l’érable, l’orme ou le frêne, par ailleurs plus faciles à se procurer que les essences exotiques. Mais ces dernières reviennent à la mode vers 1830-1835, et s’imposeront sous Louis-Philippe.

Agenda
Impressionnante, une rare coiffeuse d'époque Charles X, en placage de palmier et bronzes dorés, se distinguera ici. Estimée 10 000/15 000 €, elle est à rapprocher du mobilier réalisé pour la duchesse de Berry au pavillon de Marsan du palais des Tuileries. Les autres estimations avancées se feront homogènes avec 3 000 € demandés aussi bien pour une sculpture allégorique en marbre de Denise Delavigne, Le Printemps, que pour une pendule Louis XVI en bronze doré et marbre, surmontée d'une Victoire et encadrée par des putti chevauchant des chiens. 
samedi 24 octobre 2020 - 14:00
Épinal - 10, avenue du Général-de-Gaulle - 88000
Marquis
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne