facebook
Gazette Drouot logo print

René-Xavier Prinet, séance sur le motif

Le 25 février 2021, par Caroline Legrand

Longtemps oublié, cet artiste intimiste a été remis en lumière à la faveur d’une exposition, en 1986-1987, au musée Bourdelle. Retrouvailles avec un amoureux de Cabourg.

René-Xavier Prinet, séance sur le motif
René-François-Xavier Prinet (1861-1946), Le Peintre sur le motif en bord de mer, huile sur toile signée, 49 65 cm.
Estimation : 5 000/8 000 


C’est à partir de 1894, et de son mariage, que René-Xavier Prinet décide de passer ses étés à Cabourg, dans la villa construite par ses beaux-parents, nommée « Double six » car on y jouait d’interminables parties de dominos. Située au 6, avenue du Maréchal-Foch, elle donnait sur la digue, non loin du Grand Hôtel où Marcel Proust séjourna de 1907 à 1914. À cette époque d’ailleurs, le parallèle est rapidement établi entre l’écrivain et les toiles de Prinet, leur atmosphère intimiste et poétique faisant palper le « temps perdu ». L'artiste est lui aussi pleinement intégré dans la société mondaine parisienne, proche d’Antoine Bourdelle et de Lucien Simon, avec lesquels il fondera l’académie de la Grande-Chaumière. Son père, procureur et peintre amateur, a accepté sans mal qu’il intègre l’École des beaux-arts, vers 1880, dans l’atelier de Jean-Léon Gérôme. Cinq ans plus tard, il débute sa riche carrière, avec de grandes décorations – notamment pour le palais de la Légion d’honneur, en 1891 – et des tableaux comme La Sonate à Kreutzer, achetée en 1901 par le prince-régent de Bavière. S’il se réclamait d’une peinture réaliste, étant membre de la « Bande noire » avec Simon et Dauchez, ses thématiques se rattachent sans conteste à la tradition impressionniste, comme l’affirme haut cette toile où il se représente au travail, en plein air.

Agenda
Delphin Enjolras commence sa carrière par des portraits de gens de son entourage, notamment au Puy-en-Velay, où il fit ses études, puis de personnages plus célèbres comme le général de Sonis, le préfet Bonnefoy Sibour ou le général Thomas, commandant la place de Paris. Il s'installe ensuite en Camargue, où il se marie et exécute les portraits au pastel de femmes issues du milieu aristocratique de la région, dans un style romantique se jouant des effets de lumière. Une manière dont témoignent également des peintures dont la toile annoncée lors de cette vente, Femmes sur la terrasse préparant le bouquet de fleurs et allumant une lanterne, estimée 8 000/12 000 €. À ses côtés au sommaire, on admirera La Belle Andalouse de Paul Saint-Jean, prisée 8 000/10 000 €, et une Guirlande de fleurs sous le pinceau en 1867 de Cécile Berthod, à 5 000/8 000 €. Un artiste de Cabourg, René Xavier Prinet, nous présentera ensuite contre 5 000/8 000 € Le Peintre sur le motif en bord de mer. Du côté des tableaux anciens, nous mettrons en avant La Chasse de Diane d'un confrère de l'école du Dominiquin au XVIIe, une œuvre reprenant la grande composition du maître conservée à la galerie Borghèse de Rome (5 000/7 000 €).  
mardi 02 mars 2021 - 14:30 (CET) - Live
8, rue de Castries - 69002 Lyon
Conan Hôtel d’Ainay
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot