Gazette Drouot logo print

Alice Halicka, une Polonaise à New York

Le 01 décembre 2021, par Caroline Legrand

Couleurs soutenues et construction rigoureuse règnent sur cette toile peinte par l’artiste franco-polonaise Alice Halicka lors d’un séjour new-yorkais, entre 1935 et 1937.

Alice Halicka, une Polonaise à New York
Alice Halicka (1895-1975), Le Pont de Brooklyn, huile sur toile signée, 60 73 cm.
Estimation : 8 000/12 000 Adjugé : 14 384 €


Grande voyageuse dans l’âme, Alice Halicka réalise cette œuvre lors de l’une de ses trois visites à New York, entre 1935 et 1937, dans le style qu’elle pratique alors : un postimpressionnisme coloré et poétique, aux compositions fortement construites qui abordent bien souvent le thème du paysage architectural. Durant cette période, elle réalisera également une publicité pour Helena Rubinstein et des dessins de costumes pour un ballet de Stravinsky. Comme nombre d’artistes est-européens du début du XXe siècle, Alice Halicka, de son nom d’origine Alicja Rosenblatt, décide dès 1912 de poursuivre ses études artistiques à Paris, où elle entre à l’académie Ranson au sein des ateliers de Paul Sérusier et de Maurice Denis. Mais c’est sa rencontre avec Louis Marcoussis, l’année suivante, qui orientera le plus radicalement son art, l’entraînant sur le tout nouveau chemin du cubisme. Elle fréquente Braque, Modigliani et Paul Guillaume, tandis qu’Apollinaire remarque ses natures mortes cubistes au Salon des indépendants de 1914. Éclate alors la guerre, durant laquelle le cubisme est stigmatisé, et l’artiste rentre dans son pays natal. Ce séjour la poussera à changer de style pour renouer avec le réalisme et un postimpressionnisme typique de l’école polonaise. Elle peindra la vie à Cracovie, puis des paysages au gré de ses voyages, qui la conduiront en Inde, en Russie et bien sûr aux États-Unis.

Agenda

Georges Lacombe (1868-1916) arrive en tête de cette vacation nantaise avec un Sous-bois, toile attendue à 10 000/15 000 €, une oeuvre typique de la dernière partie de sa carrière, a partir de 1898 et son installation non loin de la forêt d'Ecouves, près d'Alençon, qui deviendra sa principale source d'inspiration. Il est talonné à raison de 8 000/12 000 € par Le Pont de Brooklyn, objet d'une huile sur toile signée Alice Halicka (1895-1975). Justin Pierre Ouvrié (1806-1879) tire son épingle du jeu avec une huile sur panneau située à Trabarch sur la Moselle, Prusse Rhénane (3 000/4 000 €), une œuvre portant au dos un cachet Durand-Ruel. Mentionnons également les Trois hommes étendus dans un corps de garde, crayon noir et lavis d’Eugène Delacroix (2 000/3 000 €). Annoté de la main du peintre, il provient de son atelier, comme en atteste le cachet au coin inférieur droit de la feuille.

tableaux anciens, du XIXe, modernes et contemporains
mardi 07 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
8-10, rue Miséricorde - 44000 Nantes
Ivoire - Couton - Veyrac - Jamault
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot