Tout un mythe !

Le , par Caroline Legrand

Tout comme dans la peinture, le thème de L’Enlèvement des Sabines connaît un grand succès dans la tapisserie aux XVIe et XVIIe siècles. Un bel exemple en sera offert à Doullens avec cette pièce imposante.

Flandre, XVIIe siècle. Tapisserie représentant L’Enlèvement des Sabines, 556 320 cm.
Estimation : 15 000/18 000 

Sur plus de 5 mètres de longueur et 3 de hauteur se déploie un décor majestueux, mêlant avec harmonie un fond paysager et une bordure  d’origine  à décor de cartouches, d’éléments feuillagés et de guirlandes fleuries, et la représentation de l’un des thèmes les plus appréciés des peintres et maîtres lissiers, L’Enlèvement des Sabines. Un bel exemple de ce que les manufactures flamandes, de Bruxelles, Anvers et Bruges en tête, produisirent durant des siècles. Ces pièces furent amplement diffusées dans toute l’Europe, si bien que les autorités françaises, à partir de 1665, mirent en place des droits de douane afin de restreindre leur importation et de protéger les manufactures du royaume. L’Enlèvement des Sabines était un sujet très apprécié car il autorisait des compositions complexes, les corps se mêlant les uns aux autres afin de créer des groupes quasiment sculpturaux. Les œuvres les plus célèbres sur ce thème sont bien sûr, au XVIIe siècle, les deux tableaux peints par Nicolas Poussin, aujourd’hui conservés au Metropolitan Museum of Art de New York et au Louvre. Cet épisode légendaire est traité par plusieurs auteurs antiques, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse et Plutarque. Peu après la fondation de leur ville, en 753 av. J.-C., Romulus et les Romains, cherchant des femmes pour étendre leur population, composée jusqu’alors essentiellement de guerriers, essaient de convaincre un peuple voisin, les Sabins, de laisser leurs jeunes filles épouser certains des leurs. Mais, face à leur refus, les Romains mettent au point un stratagème. Lors d’un festival équestre, la fête de Consualia, en hommage au dieu Neptune, auxquelles sont invitées toutes les nations voisines, Romulus fait un signe à ses compagnonx pour qu’ils s’emparent des Sabines. C’est ce moment crucial qui est retracé sur notre tapisserie Romulus en armure dirigeant la manœuvre, à gauche, avec à ses côtés, peut-être, le roi sabin Titus Tatius, désespéré. Ce dernier appellera à la révolte mais, devant les réticences des Sabines devenues Romaines, les deux peuples signeront un traité de paix.

Agenda
Le classicisme sera de mise avec un menu axé sur le mobilier et les objets d'art des XVIIe et XVIIIe siècles. Si une exceptionnelle tapisserie des Flandres du XVIIe, sur le thème de L'Enlèvement des Sabines, marquera les esprits et pourrait l'emporter à 15 000/18 000 €, les meubles du siècle suivant s'imposeront en nombre. Il faudra ainsi prévoir 12 000/18 000 € pour quatre fauteuils Louis XV à dos plat, en bois doré et sculpté de coquilles ainsi que de guirlandes feuillagées, 14 000/16 000 € pour une commode Régence à façade arbalète, en placage de bois indigènes, olivier, amarante, loupe de noyer et orme, et 10 000/12 000 € pour une commode sauteuse Louis XV, estampillée Birckle et Stumpff, à décor marqueté de bouquets de fleurs dans un écusson. Signalons enfin pour les objets d'art une pendule Louis XVI en bronze doré dite « à l'étude » ou « des Maréchaux », avec les figures allégoriques de l'Étude et de la Philosophie, d'après le sculpteur Boizot (8 000/12 000 €). 
dimanche 29 septembre 2019 - 14:00 - Live
Doullens - Hôtel des ventes, 19, rue André-Tempez - 80600
Herbette
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne