Un air d'Italie

Le 15 décembre 2017, par Sophie Reyssat

Dès le premier numéro, L’Homme à la plume dessiné par Adriaen Van Ostade, le ton de cette vente est donné : célèbres signatures et grands classiques de l’art ancien sont au rendez-vous.

Giovanni Domenico Tiepolo (1727-1804), Polichinelle examine un centaure, plume et encre brune, lavis brun sur traits à la pierre noire, signé «Dom° Tiepolo f», n° 60, 29 x 41 cm.
Estimation : 100 000/150 000 €

Si cette première feuille sera accessible autour de 3 500 €, d’autres nécessiteront un budget bien plus conséquent. Giovanni Domenico Tiepolo sera ainsi présent en force avec les deux dessins reproduits, semblant faire référence à l’épisode mythologique de l’enlèvement de la nymphe Déjanire par le centaure Nessus, tourné en dérision par l’artiste avec l’intervention de ses polichinelles. Les feuilles proviennent de l’ancienne collection Richard Owen, qui parvint à réunir cent-deux scènes de carnaval dessinées par l’artiste, exposées au musée des Arts décoratifs en 1921. Une exceptionnelle série, malheureusement non documentée à l’époque et démembrée pour sa revente. Les musées, essentiellement américains, en profitèrent pour se partager la plupart de ces chefs-d’œuvre. Retrouver deux feuilles sur le marché est donc remarquable. L’Italie sera évoquée de bien d’autres manières. Après la fantaisie raffinée de Venise, l’héritage antique de la Sicile sera évoqué par le pont en ruine, dit «de Jules César», peint par Nicolas-Antoine Taunay à l’occasion de son périple italien, entre 1784 et 1787 (10 000/15 000 €). En cette époque de Grand Tour, le pittoresque fait recette, les monuments fascinent et l’Antiquité est plus que jamais au goût du jour. L’emblématique Hercule Farnèse – célèbre réplique d’une statue athlétique créée par Lysippe à la fin du IVe siècle –, fait ainsi partie des reproductions de bronze les plus recherchées depuis le XVIIe siècle. Celles-ci connaissent un nouveau développement à Rome vers 1780, avec la production de copies en taille réduite, plus accessibles aux voyageurs, à laquelle participe Giacomo Zoffoli. En témoigne un héros des douze travaux mesurant une trentaine de centimètres, à rapprocher du travail du fondeur (25 000/30 000 €).
 

Ce dessin de Giovanni Domenico Tiepolo (1727-1804), proposé autour de 70 000 €, semble précéder celui reproduit en page de droite, dont il
Ce dessin de Giovanni Domenico Tiepolo (1727-1804), proposé autour de 70 000 €, semble précéder celui reproduit en page de droite, dont il partage le format et la technique : un centaure s’empare d’une femme au nez et à la barbe de polichinelles médusés, que l’on retrouve attroupés autour de la créature allongée sur le sol
dans la feuille suivante, alors que la nymphe semble sauter de joie… Bien que les œuvres portent respectivement les numéros 58 et 60, ceux-ci ne correspondent pas à un classement. Pour comprendre ces scènes, il faudrait pouvoir reconstituer l’album Divertimento per gli ragazzi, aujourd’hui éclaté en un puzzle dont ces dessins constituent deux pièces insignes.
La Ville éternelle peut s’enorgueillir d’une longue tradition touristique. Si l’aspect de la place Saint-Pierre de Rome a bien changé aujo
La Ville éternelle peut s’enorgueillir d’une longue tradition touristique. Si l’aspect de la place Saint-Pierre de Rome a bien changé aujourd’hui, envahie par des hordes de visiteurs du monde entier, cette micro-mosaïque montre leurs ancêtres du XIXe siècle. Descendus du carrosse figuré au premier plan, ils admirent la colonnade du Bernin, la façade de Maderno et le dôme de Michel-Ange. Cette micro-mosaïque – une technique pour laquelle Rome est virtuose – encadrée de bronze pour en faire un véritable tableautin (40 x 50 cm), appartient aux souvenirs touristiques les plus courus de l’époque. Comptez environ 25 000 € pour cette œuvre marquée «RFSPetri».

Crémone est réputée pour son école de lutherie, portée par la dynastie des Amati depuis le début du XVIe siècle. Son membre le plus réputé
Crémone est réputée pour son école de lutherie, portée par la dynastie des Amati depuis le début du XVIe siècle. Son membre le plus réputé fut Nicola, qui forma nombre de maîtres, tel Francesco Rugger, qui partageait son établi avec Andrea Guarneri et dont Antonio Stradivari fut également l’élève… En bon état de restauration, ce violon en érable et épicéa (l. coffre 35,5 cm) porte l’étiquette de Nicola Amati et est daté de 1644. Pour espérer jouer de ce vénérable instrument, prévoyez pas moins de 180 000 à 200 000 €. Le prix de l’excellence pour cette pièce accompagnée d’un certificat d’authenticité du luthier de renommée internationale Étienne Vatelot (expert Yan Ullern).
Au rayon mobilier, vous trouverez aussi bien une armoire Louis XIV en bois noirci et placage d’ébène ornée dans le goût de Boulle, estampi
Au rayon mobilier, vous trouverez aussi bien une armoire Louis XIV en bois noirci et placage d’ébène ornée dans le goût de Boulle, estampillée Nicolas Sageot (50 000/80 000 €), que cette table d’Emilio Terry (1890-1969), célèbre décorateur appartenant à la coterie de la «café society». Cette pièce unique, estimée 150 000/180 000 €, a déjà été vendue par la même maison de ventes le 29 juin 2013. Elle est à plateau octogonal soutenu par un puissant fût central (74 x 130 cm), marquetée de citronnier, d’acajou et d’ébène, et elle témoigne du goût de Terry pour l’architecture classique. Elle fut conçue vers 1938 pour orner le salon de son château de Rochecotte, en Touraine, où elle demeura jusqu’en 1978, date de la vente de son mobilier.


 

Agenda

Si les œuvres les plus attendues – violon de Crémone, table de Terry, dessins de Tiepolo – seront proposées dans une fourchette de 100 000 à 200 000 €, il sera possible de se faire plaisir à prix plus doux, quelles que soient les époques. Comptez autour de 17 500 € pour une Vierge à l'Enfant auvergnate du XIVe siècle, et environ 18 500 € pour une fastueuse console Régence en bois doré, à plateau de marbre brèche violette, ayant appartenu à la collection du duc de Talleyrand. Très décorative, une porte en fer forgé d'époque Empire, ornée d'une importante garniture en bronze ciselé et doré, se fera remarquer pour sa rareté (1 200/1 500 €).

mardi 19 décembre 2017 - 02:00 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne