Référence classique selon Wang Yan Cheng

Le 22 juillet 2020, par Caroline Legrand

Cette toile témoigne des débuts encore figuratifs de Wang Yan Cheng. Elle a été acquise par son actuel propriétaire directement auprès de l’artiste l’année de sa création.

Wang Yan Cheng (né en 1960), Le Vase au drapé, 1998, technique mixte sur toile, signée, datée et située « Paris », 130 97 cm.
Estimation : 10 000/15 000 

Le travail de la matière est déjà là. Les couleurs modèlent la composition de leur chair et par des jeux d’estompe. Mais au milieu de ce rêve semble émerger un vase sur lequel est posé un drapé, signe d’une figuration encore d’actualité en 1998 pour Wang Yan Cheng et marque d’une culture classique parfaitement assimilée, qui servira de base au renouvellement de son art. Né au sein d’une famille aisée – son père est cadre dirigeant dans une société pétrolière –, il se forme à l’école des arts de Shandong, de 1978 à 1981, puis à celle des beaux-arts jusqu’en 1985. Parmi ses professeurs figurent des artistes de retour de France, qui l’initient à la peinture moderne occidentale. En 1989, il part à son tour, grâce à une relation de son père. Il apprend le français et vit de petites commandes, de travaux de calligraphie et de portraits. Après avoir suivi un cursus d’arts plastiques entre 1991 et 1993 à Saint-Étienne, il est remarqué au Salon d’automne à Paris, en 1996. Cette année-là, il reçoit également le prix Prince-Albert de Monaco. Bientôt, cet artiste vivant entre la France et son pays natal impose son style, tourné vers une recherche de plus en plus intériorisée de la peinture, une explosion de couleurs dans la lignée de ses glorieux aînés de l’abstraction lyrique, Chu Teh-chun et Zao Wou-ki.

Agenda
Du sud de l'Italie à la Chine, en passant par Paris et Nancy, cette vente vous fera voyager. Arrivé en France en 1989, le peintre d'origine chinoise Wang Yan Cheng (né en 1960) commence alors à élaborer un style de plus en plus tourné vers l'abstraction. Une technique mixte de 1998, Le Vase au drapé, illustre le début de sa carrière et de son évolution. S'il faudra envisager 10 000/15 000 € pour cette œuvre, 5 000/7 000 € seront nécessaires pour emporter une technique mixte et collage du Hollandais Kees Van Dongen, Un coup de vent, décrivant une mondaine marchant dans la rue, sans doute dans le Paris de la Belle Époque. Les numismates se tourneront quant à eux vers un tétradrachme d'argent, frappé vers 461-430 en Grande-Grèce, Sicile ou Naxos, montrant sur l'avers une tête barbue de Dionysos à droite, couronnée de lierre, et sur le revers un silène nu assis, représenté de face (10 000/11 000 €). On notera enfin parmi le mobilier la présence d'une petite vitrine attribuée à Émile Gallé à décor d'ombellifères, qui pourrait s'épanouir à 5 000/6 000 €.  
samedi 25 juillet 2020 - 11:00, 14:30
Caen - 13, route de Trouville - 14000
Caen Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne