Des paysages de Bernard Buffet aux photomontages de David Hockney

Le 24 juin 2020, par Caroline Legrand

Le trait figuratif acéré de Buffet et l’utilisation spécifique de la photographie chez Hockney ,montrent que certains artistes ont su renouveler l’art de leur temps tout en créant un style personnel.

Bernard Buffet (1928-1999), Pont sur la rivière, 1990, huile sur toile, signée et datée, 89 130 cm.
Estimation : 50 000/60 000 

Le paysage fait partie des thèmes fétiches de Bernard Buffet, l’accompagnant durant toute sa carrière et tous ses voyages dans les différentes régions de France. Son trait noir et ses camaïeux de couleur ont décrit les panoramas qu’il aimait tant, notamment en Normandie, où il vécut dans les années 1980, ou dans le Var à la fin de sa vie. La Bretagne était aussi l’une de ses destinations favorites, qui lui inspira d’ailleurs, en 1990, le thème d’une exposition. Un sujet volontairement plus consensuel que celui des Vingt mille lieues sous les mers qu’il aborda également cette année-là. David Hockney est aussi un amoureux de la France, puisqu’il y vient depuis les années 1970, installé à Paris puis en Normandie. La photographie demeure au cœur de la création de l’artiste britannique, que ce soit pour réaliser ses tableaux hyperréalistes ou ses montages, à l’image de celui présenté à Nice, Christopher Isherwood talking to Bob Holman (110 162 cm) de 1983, édité à vingt exemplaires et dont on attend 50 000/60 000 €. Depuis 1961, David Hockney aurait effectué plus de trente mille clichés, dont seule une infime partie est connue du grand public. En 1983, il décide de photographier avec son Polaroid ses amis durant leur quotidien ; il restitue ensuite, par son travail de photomontage, le déroulement du temps en une succession de séquences. Cet assemblage lui permet également de multiplier les angles de vue d’une scène et d’un intérieur, l’artiste déconstruisant ainsi l’espace, un peu à la manière des cubistes, mais aussi le temps pour révéler la vérité de sa vie, ici une discussion entre ses amis le poète Bob Holman et l’écrivain Christopher Isherwood. Les arts anciens complèteront ce programme niçois, avec notamment une suite de six fauteuils Régence (25 000/30 000 €) et, aux cimaises, une Présentation au temple de près de quatre mètres de hauteur, peinte par Nicolò de Simone, artiste actif à Naples de 1636 à 1655 (30 000/50 000 €).

Agenda
Cette vente niçoise sera placée sous le signe de l'éclectisme avec de nombreux lots de qualité, à l'image aux cimaises d'un paysage de Bernard Buffet, Pont sur la rivière (50 000/60 000 €. Voir Gazette n°25 page 145), et d'une Présentation au temple, toile de près de quatre mètres de hauteur du peintre actif à Naples de 1636 à 1655 Niccolò de Simone (30 000/50 000 €). Dans une autre techniques sera proposé un photocollage sur papier du Britannique David Hockney, Christopher Isherwood Talking to Bob Holman (50 000/60 000 €), et pour le mobilier une suite de six fauteuils Régence à entretoise en X et haut dossier en noyer, sculpté de feuilles d'acanthe, de coquilles et de rinceaux (25 000/30 000 €). Concluons sur les arts décoratifs avec un cabinet fin XVIIe d'Italie du Nord, provenant de l'ancienne collection du 8e lord Sherborne Ralph Dutton (1898-1985) : un meuble de forme rectangulaire en placage d'ébène, de palissandre, d'écaille, d'ivoire, pierre dure et bronze doré, et à façade ornée d'une mosaïque en lapis-lazuli, jaune de Sienne et rosso antico (18 000/20 000 €). 
samedi 04 juillet 2020 - 11:00, 14:00
Nice - Hôtel des ventes Nice Riviéra - 50, rue Gioffredo - 06000
Hôtel des Ventes Nice Riviéra
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne