La genèse du style Percier

Le 12 mai 2021, par Caroline Legrand

L’un des tout premiers dessins de Charles Percier, réalisé à la fin des années 1780 à Rome, prédit ce que sera le futur style prôné par l’architecte de Napoléon Ier.

Charles Percier (1764-1838), Palais et maisons de Rome, dessin à la plume, encre de Chine et aquarelle, 26 21 cm.
Estimation : 4 000/6 000 

Titré en partie haute de l’architecture, ce dessin est un travail préparatoire à la planche 68 du douzième cahier de l’ouvrage Palais, maisons et autres édifices modernes, publié en 1798 par Charles Percier. Pour ce recueil – le premier réalisé en collaboration avec son acolyte de toujours, Pierre Fontaine (1762-1853) –, il s’inspire de dessins réalisés pendant son séjour en Italie de 1786 à 1791. Après des études chez les architectes Peyre, Pâris et Chalgrin, et déjà en compagnie de Fontaine, Percier entre à l’Académie royale, dans l’atelier de David Leroy. En 1786, il obtient le Saint-Graal : le premier grand prix d’architecture, avec à la clé le très convoité voyage pour Rome, au palais Mancini. Durant les cinq années passées en Italie, il étudie avec émerveillement les monuments antiques et se constitue un répertoire immense de dessins, qui lui serviront de source d’inspiration pour toute une vie ! À son retour en France, il fonde avec Fontaine une école d’architecture, et participe à la création du musée des Monuments français. Mais c’est la publication en 1798 de Palais et maisons de Rome qui attirera l’attention sur eux, celle de la haute bourgeoisie du Directoire, mais aussi de Joséphine de Beauharnais, qui introduira Percier et Fontaine auprès de Napoléon. Ils seront bientôt les maîtres d’œuvre du style Empire.

Agenda
Deux tableaux primitifs seront les vedettes de cette vente. Ces œuvres ont déjà été mises à l'honneur dans la Gazette n° 16, page 10. Le panneau provenant du registre supérieur d'un retable, peint par Bartolo di Fredi (1330-1410) et figurant Saint Antoine abbé, un portrait d'un grand réalisme sur un fond d'or, est ainsi annoncé à 40 000/60 000 €, tandis que le fragment de panneau de dévotion de Michele Giambono (documenté entre 1420 et 1462), représentant un Christ de douleurs peint à l'œuf sur fond d'or, est attendu à 30 000/40 000 €. On avancera au XIXe siècle pour admirer ensuite un dessin à la plume et encre de Chine de l'architecte Charles Percier, Palais et maisons de Rome (4 000/6 000 €. Voir Gazette n° 19, page 102). Des autres sections, nous mettrons en avant une commode tombeau de style Louis XV en bois plaqué et bronzes dorés (3 000/5 000 €) ou encore un porte-manteau fin XIXe dit « de la Forêt-Noire », en bois sculpté d'un ours à la base et de trois oursons dans le branchage (3 500/4 000 €). 
samedi 22 mai 2021 - 13:30 - Live
Poitiers - 22, boulevard du Grand-Cerf - 86000
Hôtel des Ventes de Poitiers Boissinot & Tailliez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne