Vernet, une nature arcadienne

Le 02 juin 2021, par Claire Papon

Signée, datée, localisée, cette toile de Claude Vernet annonce la couleur, en plus bien sûr de son sujet, et de cette atmosphère si particulière.

Claude Joseph Vernet (1714-1789), Pêcheurs retirant leur filet dans un paysage classique, huile sur toile, 74 98 cm.
Estimation : 80 000/120 000 

C’est à Rome en 1746 que le peintre réalise cette belle composition présentée aujourd’hui dans un «état somptueux», selon Stéphane Pinta, du cabinet Turquin. Vernet a 32 ans et il a déjà trouvé son style, sa palette et cette lumière délicate. Sommes-nous à l’aube ou au crépuscule ? L’ocre qui nimbe ciel et rochers fait penser au second, mais d’aucuns affirmeront que c’est plutôt le matin que l’on croise les pêcheurs. Rien n’empêche le peintre d’avoir bousculé la réalité… On parlait d’une «manière blonde et claire». Sa manière évoluera peu. Ses harmonies colorées et son sens de la perspective demeurent. Quantité de personnages toutefois apparaîtront, notamment dans la série des «Ports de France» – vingt-quatre tableaux dont quinze seront achevés avant 1765 – que lui commande en 1753 le marquis de Marigny, surintendant des Bâtiments et frère de la marquise de Pompadour. À la date de notre tableau, Vernet accède à la célébrité. Il expose pour la première fois au Salon parisien. Un an auparavant, il a peint les deux célèbres vues de ponts sur le Tibre (musée du Louvre), il a reçu des commandes de Jean de Julienne – mécène et protecteur de Watteau –, et a épousé Virginia Parker, dont le père lui a apporté une importante et fidèle clientèle anglaise, adepte du grand tour. Originaire d’Avignon, Vernet partit très tôt en Italie grâce à la protection du comte de Quinson, s’attarda à Rome, continua sur Naples, où il peignit ses premières marines. Il séjourna dans le pays près de vingt ans, de 1734 à 1752, dessinant sur le motif, suivant l’enseignement de Locatelli et Pannini, étudiant les effets d’atmosphère de Claude Lorrain, les œuvres de Salvator Rosa, dont témoigne la figure du soldat au centre de notre composition. On ignore si notre tableau avait un pendant, mais l’on sait en revanche qu’il fit partie de la collection du marquis de Villette, et qu’il est conservé depuis 1976 dans la famille des propriétaires.

Agenda
Premier président du parlement de Paris à la suite de son père, Louis III Le Peletier, marquis de Rosanbo, est issu d'une des principales dynasties de la Robe parisienne : de 1686 à la Révolution, il y eut toujours un Le Peletier au parlement de Paris. C'est son portrait présumé de l'entourage de Hyacinthe Rigaud exécuté vers 1710, dans une toile ovale, qui figure sous le numéro 46 (4 000/7 000 €). Le lot suivant devrait susciter une bataille d'enchères entre 80 000 et 120 000 €. C'est une toile de Claude-Joseph Vernet, Pêcheurs retirant leur filet dans un paysage classique, exécutée à Rome en 1746. Les amateurs de porcelaines surveilleront un grand pot à oille rond couvert de Meissen et son présentoir (vers 1740) à décor de fleurs botaniques coupées d'insectes (4 000/6 000 €) et deux seaux à liqueur ovales à compartiment (formant pendant) miliieu XVIIIe, de Vincennes, à décor de fleurs et fruits sur fond bleu lapis (8 000/10 000 €). Ceux de souvenirs historiques n'auront d'yeux que pour une malle en bois garni de cuir de la chambre de la dauphine Marie-Antoinette (vers 1770-1774, 6 000/8 000 €). Une table console en acajou flammé estampillée Jean-Henri Riesener et une paire d'encoignures en marqueterie, bois de rose et amarante, dessus de marbre brèche, signée Martin Carlin illustrent l'époque Louis XVI et sont estimées 10 000/15 000 € et 30 000/40 000 €. Terminons par une curiosité : un lit en bois peint et doré, à colonnes détachées, estampillé Georges Jacob. Muni d'une inscription manuscrite Lit Napoléon, ce meuble aurait appartenu à la marquise de Marbeuf dans son hôtel du faubourg Saint-Honoré puis à Joseph Bonaparte au château de Mortefontaine (3 000/5 000 €).
mardi 08 juin 2021 - 14:00 - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Audap & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne