Succession Marc Fumaroli

Le 22 avril 2021, par Anne Foster

Parmi de nombreux souvenirs et œuvres ayant appartenu à cet amoureux des arts : un portrait réalisé par son ami Avigdor Arikha.

Avigdor Arikha (1929-2010), Portrait de Marc Fumaroli, 1992, huile sur toile, 50 30,5 cm.
Estimation : 5 000/6 000 €


La tendance parisienne chic du moment consiste à placer devant les rayonnages de sa bibliothèque un dessin de Pierre Le-Tan ou de Christelle Tea. Bientôt, il faudra aussi laisser négligemment traîner le catalogue de la succession Marc Fumaroli, près de l’un des santons ou des ensembles «de souvenirs de voyages» proposés lors de cette vente. Aucun lot phare à plusieurs zéros, ceux-là ayant été offerts ou légués au Louvre et à l’Institut, mais un choix très subtil qui permet de retracer toutes les étapes de la vie de l’académicien. Caylus, qui l’a accompagné pendant des décennies, occupe une place de choix bien sûr, ce qui devrait enchanter les amateurs d’estampes. La vente a d’ailleurs été pensée par son neveu, Sébastien Fumaroli, comme une suite de clins d’œil à ses travaux et à ses amitiés : un dessin de Jean Victor Nicolle offert par Alvar González-Palacios, Apollon et la Sibylle de Cumes (13,5 9,4 cm, 300/400 €), de la vente Lagerfeld, une surprenante crèche (60/80 €) pour rappeler ses recherches sur le kitsch, des œuvres de son ami Avigdor Arikha (entre 150 et 6 000 €) – sur lequel il a écrit –, mais aussi des lots du «photographe Marc Fumaroli» (entre 200 et 500 €)… Qui ne rêverait pas de pouvoir installer dans son salon une paire de grands lions en faïence de Rouen du XVIIIe siècle (2 000/3 000 €), qui ornaient autrefois l’intérieur de l’auteur de L’État culturel ou Quand l’Europe parlait français ? Ou de les relire dans le lit à baldaquin de l’auteur (500/800 €) ? Il est même possible de s’offrir sa table à l’espagnole formant bureau (80/120 €). Notons pour terminer que trois photographies contemporaines de la collection sont vendues par la Société des Amis du Louvre au profit du Louvre, un grand format (120 x 120 cm) de Jean-Baptiste Huynh de la série des Miroirs (3 000/5 000 €) - qui fait partie d’une série exposée au Louvre - et deux tirages de Carlos Freire, Le Mont Athos et Monastère de Dionysiou( les deux, 600/800 €).

Agenda
Marc Fumaroli, écrivain et professeur au Collège de France, décédé l'an dernier, a marqué son époque par son esprit mordant, sa curiosité pour les lettres bien sûr, mais aussi pour les beaux-arts. Les livres, objets et tableaux dépendant de sa succession composent ce programme. On remarque en particulier une huile sur toile attribuée à Noël-Nicolas Coypel (1690-1734), Apollon et la sibylle de Cumes, sujet tiré des Métamorphoses (XIV, 110-153) d'Ovide, où la sibylle demande au dieu de la laisser vivre autant d’années que de grains de sable que sa main peut contenir. Pour cette toile de format ovale (85 x 61,5 cm), il faut compter  8 000/12 000 €. Appartenant à divers, on retient de l'école mexicaine de la Maravilla americana une Virgen de Guadalupe, vers 1750, huile sur toile (209 x 123 cm) attendue à 60 000/80 000 €. Ce nom fut donné à la Vierge Marie, qui serait apparue en 1531 à Juan Diego Cuauhtlatoatzin, jeune Aztèque converti au catholicisme, sur la colline du Tepeyac à Mexico.

 
vendredi 30 avril 2021 - 14:45 - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne