facebook
Gazette Drouot logo print

Sculptures aux mille facettes

Le 14 novembre 2019, par Sophie Reyssat

De Pompon à Fontana, d’Arman à la sculpture baoulé… l’inspiration ne manque pas.

Sculptures aux mille facettes
Lucio Fontana (1899-1968), Concetto Spaziale, Natura, 1967, paire de sculptures en bronze poli, chacune signée et numérotée, 26 22 cm.
Estimation : 80 000/120 000 

La sculpture constitue un volet majeur de cette dispersion, qui attirera également les amateurs de peinture moderne et contemporaine. Outre leur attrait esthétique, plusieurs pièces ont une histoire, comme cet Ours blanc de François Pompon, taillé de sa main dans le marbre de Carrare en 1928. L’artiste l’avait en effet offert à madame Leveillé, propriétaire d’une crèmerie rue Delambre, à Paris, où il avait coutume de se rendre en voisin ; client fidèle de ce commerce de bouche, il en avait également réalisé l’enseigne. Resté dans la famille jusqu’à ce jour, le plantigrade est la septième réplique en réduction  sur treize marbres répertoriés  de son monumental modèle pour le musée du Luxembourg, aujourd’hui au musée d’Orsay. Signée Lucio Fontana, la paire de bronzes reproduite est quant à elle restée dans la succession du galeriste James Wise, installé à Nice. Il faut dépasser l’apparente perfection du matériau, et revenir à la genèse des œuvres, pour comprendre pourquoi l’artiste les a baptisées «Nature». Elles dérivent en effet de sphères grossières modelées en terre, que l’artiste a entaillées ou perforées, à l’image de ses tableaux réalisés à la même époque, en 1959. Ces céramiques, mariant nature brute et intervention humaine, ont été transformées en précieux objets d’art par leur édition en bronze. L’art du détournement s’exprimera différemment avec Arman et, notamment, sa Vénus découpée par des scies, baptisée Marizibil, hommage à Apollinaire, une fonte de Bocquel éditée par la galerie Trigano en 1997 (15 000/25 000 €). Des bijoux aux colères, dix œuvres évoqueront le travail du chantre du nouveau réalisme : elles forment un ensemble réuni par un couple ayant noué des liens d’amitié avec l’artiste à New York, et dont Arman fréquentait la galerie d’art africain. Justement, venant de Côte d’Ivoire, une maternité baoulé sera elle aussi remarquée. Acquise en vente publique dans les années 1970, elle retrouve quatre décennies plus tard le chemin des enchères (10 000/15 000 €).

Agenda

Tableaux et sculptures, modernes et contemporains, seront les principales attractions de l’après-midi du 17 novembre. Si l’ours en marbre de Pompon, attendu autour de 175 000 €, ouvrira la marche en tête, d’autres grands noms seront de la partie, comme François-Xavier Lalanne et son Rhinocéros bleu en fonte émaillée (30 000/50 000 €). Le bronze sera décliné par des œuvres aussi variées que Le Baiser d’après Rodin et les sphères Concetto Spaziale, Natura de Fontana, sur lesquelles la déesse Athéna sculptée par Volti posera un regard de sage, du haut de ses deux mètres (40 000/60 000 €). Même éclectisme aux cimaises, des bouquets de Bernard Buffet (dans une fourchette de 60 000 à 100 000 €) à la technique mixte de Gully, titrée Hommage NTHK Magritte 17 (autour de 25 000 €).

sculptures du XIXe et XXe, tableaux modernes et contemporains, arts d'Afrique et d'Asie, bijoux, mobilier et objets d'art
dimanche 17 novembre 2019 - 14:30 (CET) - Live
9, rue Carnot - 92370 Chaville
Chaville Enchères
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot