Gazette Drouot logo print

Alice au pays de Foujita

Publié le , par Claire Papon

Achetés ensemble à la galerie Pétridès, à Paris, et conservés dans la même famille, deux tableaux de Léonard __TexteRechercheEnGrasFoujitaTexteRechercheEnGras__ rappellent l’intérêt du peintre pour le monde de l’enfance et la nature.

Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), Jeune fille aux oiseaux, huile et technique... Alice au pays de Foujita
Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), Jeune fille aux oiseaux, huile et technique mixte sur toile, vers 1957, 33 22 cm.
Estimation : 150 000/180 000 €, adjugé : 389 312 €
© FONDATION FOUJITA / ADAGP 2021

Nul ne sait, sauf peut-être le peintre, à quoi rêve cette Jeune fille aux oiseaux (voir photo) et son pendant, la Jeune fille aux roses dont les yeux, grand ouverts, évoquent ceux des chats, animal de prédilection de l’artiste. Foujita aimait peindre le monde mystérieux de l’enfance, lui qui n’eut pas le bonheur d’être père, et que Jean Cocteau avait surnommé «le Lewis Carroll de la peinture». 150 000/200 000 € sont espérés de la Jeune fille aux roses. Exécutée en 1957, elle rappelle la prédilection de Foujita pour cette fleur, qu’il a choisie pour orner le muselet de la bouteille de champagne Brut Rosé que lui a commandée René Lalou, président de la maison Mumm. La rose de Foujita voit le jour et scellera l’amitié entre les deux hommes.
À la palette de rouge et de vert, le peintre préfère, dans notre tableau, associer vert, rose et bleu tant pour son modèle que pour les oiseaux dont il est entouré. Certains sont en liberté, d’autres sont dans des cages, l’une ouverte, l’autre fermée. Plantes, humains, animaux forment un tout indissociable pour ce travailleur infatigable, collectionneur de poupées et de cages à oiseaux… Tombée dans l’oubli durant plusieurs années, l’œuvre de Foujita a été portée dans les années 1980 par les collectionneurs japonais. Mais si ces investisseurs désireux de soutenir la cote de leur compatriote se font désormais plus discrets, la relève est assurée par des amateurs américains, français, allemands ou italiens, et chinois.

Agenda

Henry Moret nous emmène en Finistère avec un paysage de 1896, Groix, la houle et le chemin rose (30 000/50 000 €), Max Ernst avec un Paysage au ciel jaune (technique mixte sur papier, 4 000/6 000 €), Léonard Tsuguharu Foujita dans l'univers de l'enfance avec deux huiles et techniques mixtes de 1957, Jeune fille aux oiseaux et Jeune fille aux roses (150 000/180 000 et 150 000/200 000 €). D'Henri Michaux, quatre dessins mescaliniens de 1955 sont annoncés entre 20 000 et 30 000 € (chacun), de Ron Arad, un fauteuil en polyester pigmenté réalisé en 1999 pour la galerie Mourmans à Maastricht nécessitera 50 000/60 000 € (voir Gazette n° 43, page 6). Dans cette vente sont annoncés de la verrerie contemporaine et des céramiques art déco, ainsi qu'un ensemble d'ouvrages de Jules Verne.

vendredi 17 décembre 2021 - 12:30 (CET) - Live
Salle 16 - Hôtel Drouot - 75009
Lucien Paris
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot