facebook
Gazette Drouot logo print

Rhapsodie en bleu

Le 17 novembre 2021, par Claire Papon

Surnommé «le vieux maître de la jeune peinture américaine», Mark Tobey fut autrefois célébré. L’une de ses œuvres vient sur le devant de la scène.

Rhapsodie en bleu
Mark Tobey (1890-1976), Blue and White Calligraphy, 1962, tempera sur carton, 111,5 70,7 cm.
Estimation : 150 000/200 000 €

La dernière exposition consacrée en France à l’artiste né en plein Middle West remonte à 1961. C’était au musée des Arts décoratifs. La galerie Jeanne Bucher dans le Marais lui rendait hommage du 16 octobre 2020 au 27 février 2021, à l’occasion des 130 ans de sa naissance. L’exposition «Tobey or not to be» voyagera jusqu’à Venise l’année prochaine. Illustrateur de mode à ses débuts, Tobey effectue un virage à 180 degrés, quitte New York pour Seattle, apprend la calligraphie chinoise et se convertit au bahaïsme. Il s’intéresse à la culture et à la calligraphie persane, s’immerge dans celles de la Chine et du Japon. Le style «all over», dont il est l’inventeur et qui inspirera Pollock, De Kooning ou Rothko, est une technique qui utilise toute la toile. Fond et forme ne se distinguent pas, l’œuvre n’a pas de centre, le regard passe d’un bord à l’autre. La preuve avec ce tableau daté 1962, Blue and White Calligraphy, exposé à plusieurs reprises et notamment à la rétrospective que le Dallas Museum of Fine Arts consacre à l’artiste en 1968. «Le spectateur doit pénétrer ce qui semble être une enveloppe extérieure pour trouver visuellement son chemin dans le monde intérieur de la peinture», écrit Merrill R. Rueppel dans le catalogue de l’exposition. Gageons que celle-ci rencontrera le succès, même si son auteur, lui, l’a toujours fui. Pour les Égyptiens, le bleu était une couleur porte-bonheur… Et il pourrait bien aussi porter chance un peu plus loin à une grande Composition en gris plus bleu, 2016 (215 153 cm), en textile et tapisserie, d’Abdoulaye Konaté (25 000/35 000 €), ainsi qu’à une tempera et feuille de métal d’Anna-Eva Bergman, de 1959, Montagne d’or sur fond d’argent, N° 44 (20 000/30 000 €). «C’est Anna-Eva Bergman qui avait raison de s’acharner, de s’entêter à la fois dans son répertoire de formes limité et dans sa technique qui rappelle les icônes et les mosaïques byzantines», confiait Michel Ragon en 1961. De bleu, il est aussi question dans cette œuvre conservée dans une collection italienne.

Agenda
Une petite centaine d'œuvres défilent sous le marteau emmenées par une tempera sur carton de Mark Tobey, Blue and White Calligraphy, 1962, dont 150 000/200 000 € sont espérés. Elle est accompagnée d'une œuvre de 1959 d'Anna Eva Bergman, Montagne d'or sur fond d'argent (20 000/30 000 €), d'un acrylique de Robert Combas de 1996, Coup d'épée sur la tête (15 000/20 000 €), d'un assemblage de textiles d'Abdoulaye Konaté de 2016 (25 000/35 000 €), d'œuvres de Jean Degottex, Michel Journiac, Roland Cat, Paul Wunderlich et Hervé di Rosa. De Pierre Alechinsky, un acrylique sur papier de 2010, Faire ses valises, pourrait partir à hauteur de 10 000/15 000 €. Le Salut des artistes, 1976, gouache et collage de fruits séchés de Philippe Dereux, viendra entre 3 000 et 5 000 €.
lundi 22 novembre 2021 - 14:30 - Live
3, rue Rossini - 75009 Paris
Millon
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot