Henry Moret : la côte de Moëlan

Le 14 janvier 2021, par Claire Papon

Conservée depuis de nombreuses années dans une collection particulière, cette toile montre une fois encore combien la Bretagne fut la terre d’élection d’Henry Moret.

Henry Moret (1856-1913), Baie de Lampaul, Ouessant, 1895, huile sur toile, 60 73 cm.
Estimation : 50 000/70 000 

Comme la vue de La Côte de Moëlan datée 1896, également présentée dans cette dispersion, et munie de la même estimation, notre tableau a été exposé à la galerie Durand-Ruel, à Paris, en mai 1898. Il le fut aussi une cinquantaine d’années plus tard, en mai 1943, période à laquelle il fut acheté et précieusement conservé. L’autre panorama – pour lequel Henry Moret a placé son chevalet en haut d’une falaise au-dessus de deux Bigouden contemplant les flots déchaînés —, figura également de décembre 1898 à avril 1899 à la Société impériale d’encouragement des arts en Russie, à Saint-Pétersbourg. C’est lors de son service militaire à Lorient en 1875 qu’Henry Moret, né à Cherbourg, découvre la côte sud de la Bretagne, et en 1888-1889 qu’il fait la connaissance de Paul Gauguin et d’Émile Bernard à Pont-Aven, où il se joint au groupe de peintres. Il est l’un des premiers à se rendre au Pouldu, l’un des centres d’attraction voisin. Développant son propre style après le départ de Gauguin pour Tahiti en 1891, il noue bientôt une relation fructueuse avec Paul Durand-Ruel qui propose ses œuvres dans ses galeries de Paris, Londres et New York. L’artiste exposera plus de 600 tableaux chez le marchand. Nos toiles marquent son goût pour les formes architecturées, une touche désordonnée et des verts acides, des bleus aux couleurs de pierre précieuse, des rochers rouille violine, des landes d’un rose nacré. La perspective est plongeante : relevant l'horizon, elle ne laisse apparaître qu’une mince bande de ciel. Moret est un impressionniste…

Panorama (avant-vente)

Fillia, une avant-garde italienne

Le 13 janvier 2021, par Claire Papon
Si le nom de Luigi Colombo dit Fillia (1904-1936) ne vous dit rien, cela n’est pas étonnant… Ses œuvres sont rares sous le marteau et cette toile, Nus subconscients, 1928 (98 72 cm) –acquise probablement lors de son exposition «Les Peintres futuristes italiens», à la galerie 23 à Paris en 1929-1930, et conservée dans la famille –, pourrait être disputée au-delà de son estimation de 20 000/30 000 € chez Christophe Joron Derem vendredi 22, salle 1 à Drouot. C’est à Paris, où Fillia – peintre, écrivain, architecte – séjourne régulièrement, qu’aurait été réalisé ce tableau de la suite de ses «Nus mécaniques» (vers 1925-1926), en écho au thème de l’émancipation de la femme.
Agenda
Si la vente du matin, d'une soixantaine de lots, s'adresse aux amateurs de monnaies et de bijoux, celle de l'après-midi débute avec les dessins et gravures modernes (dont une épreuve sur japon de Pablo Picasso de 1915, L'Homme à la guitare, 33/100, 10 000/15 000 €), se poursuit avec quelques tableaux anciens, les œuvres étant toutefois les plus attendues. Tel est le cas de deux paysages de Bretagne de 1895 et 1896 d'Henry Moret, estimés 50 000/70 000 € successivement Baie de Lampaul, Ouessant et La Côte de Moëlan, mais aussi de la redécouverte d'une toile de 1928 du futuriste italien Fillia, de la série des "Nus", Subconscients, modestement estimée 20 000/30 000 € ou encore d'une toile de 1975 de Tschang Yeul Lim, Water Drop (même estimation). Sans transition, les objets chinois prennent le relais parmi lesquels un vase rouleau en porcelaine et émaux de la famille verte (période Qing) à décor de dragons, carpes, lapins, grues, objets mobilier est annoncé à 15 000/18 000 €. Comptez 20 000/30 000 € pour une Sainte Barbe en calcaire (avec traces de polychromie) de l'atelier des Borman en Brabant (vers 1480-1510) tenant la maquette d'une tour hexagonale – son attribut principal – mais dont la porte est ouverte, tout comme un mobilier de salle à manger (table et six chaises) en métal et cuir, de Sido et François Thévenin – ami de Picasso, Cocteau, Brassaï et César –, connu des amateurs. Du mobilier XIXe – Charles X notamment – et XXe ferme la marche.
vendredi 22 janvier 2021 - 11:00 - Live
Salle 1 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Christophe Joron Derem
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne