Peinture d’Asie de la Chine au Vietnam

Le 26 novembre 2020, par Sophie Reyssat

Sanyu, Mai Trung Thu et Vu Cao Dam sont les ambassadeurs des peintres d’Asie. 

Sanyu (1901-1966), Étude de nu féminin, encre sur papier, signée, 56 37 cm.
Estimation : 40 000/60 000 

Comme toujours, les artistes de la génération de l’École des beaux-arts d’Indochine seront les mieux représentés, Mai Trung Thu et Vu Cao Dam en tête, ainsi qu’Alix Aymé, qui avait fait de l’Indochine sa seconde patrie. Mais le peintre qui ouvrira le bal des enchères sera un artiste chinois de l’école de Paris : Sanyu. Il fait partie des artistes qui ont renouvelé l’art de l’empire du Milieu, à la faveur des importants bouleversement qui s’opèrent dans ce pays au début du XXe siècle. En 1911, la révolution chinoise permet l’instauration d’une République, et ce changement de régime s’accompagne d’un bouleversement culturel qui regarde vers l’Ouest. Les peintres sont inspirés par les techniques et le style occidental, et certains font le voyage jusqu’à Paris. Sanyu – de son vrai nom, Chang Yu – est de ceux-là. Il a étudié la calligraphie auprès du maître Zhao Xi, avant d’intégrer l’université de Shanghai et de choisir d’élargir son apprentissage au Japon, en Allemagne et en France. Il arrive à Paris en 1921, et étudie à l’académie de la Grande Chaumière. Son art fait écho aux dessins de Matisse et de Picasso, dans l’usage d’une simple ligne de contour pour dessiner un corps. Comme le Japonais Foujita, il utilise de fins pinceaux pour ses tracés. Avec délicatesse, il calligraphie les corps, les nus constituant son thème de prédilection. Ce gracieux dessin en est un bel exemple. Contrairement à la plupart de ses compatriotes, Sanyu ne retourne pas dans son pays après ses études, mais choisit de demeurer à Paris, où il a passé le plus clair de son temps. Il est toujours resté fidèle à son style, empreint d’une modernité pleine de simplicité, développé dans les années 1920-1930.
 

À côté des sujets sur le thème de l’enfance, la beauté féminine est l’un des sujet de prédilection de Mai Trung Thu (1906-1980). Vietnamie
À côté des sujets sur le thème de l’enfance, la beauté féminine est l’un des sujet de prédilection de Mai Trung Thu (1906-1980). Vietnamienne par sa technique ancestrale, cette encre et couleurs sur soie, qu’il a réalisée en 1943, est occidentale par son sujet : cette jeune femme endormie évoque en effet les odalisques. La nudité reste pudique, à peine montrée par des drapés ayant glissé de son dos, tandis que des voiles légers délicatement écartés révèlent avec élégance l’intimité de ce Sommeil (36,8 50,7 cm, 80 000/120 000 €). La douceur de la palette à dominante céladon s’accorde à merveille avec la tendre féminité mise en scène par l’artiste.
Alix Aymé (1894-1989) sera représentée par sept œuvres évoquant son amour de l’Indochine. Des portraits de femmes et d’enfants, et cette S
Alix Aymé (1894-1989) sera représentée par sept œuvres évoquant son amour de l’Indochine. Des portraits de femmes et d’enfants, et cette Scène de marché (38 51 cm, 25 000/35 000 €). La chatoyance des couleurs, renforcée par un cerne noir volontiers employé pour faire ressortir les figures, souligne le pittoresque de ce moment quotidien, mis en valeur par un cadrage resserré. Il s’agit d’une huile sur carton, alors que les autres œuvres, proposées dans une fourchette de 3 000 à 20 000 €, illustrent l’éventail des techniques utilisées par l’artiste : le fusain et le pastel sur papier, le dessin rehaussé d’argent, l’encre et les couleurs sur soie, l’huile sur toile, et la laque, accessoirement rehaussé de coquille d’œuf.
Il est rare que Vu Cao Dam (1908-2000) prenne les chevaux pour sujet principal, comme c’est le cas ici avec ces deux étalons représentés e
Il est rare que Vu Cao Dam (1908-2000) prenne les chevaux pour sujet principal, comme c’est le cas ici avec ces deux étalons représentés en plein galop vers 1945-1949, pendant le séjour parisien de l’artiste (60,4 50 cm). La noblesse de l’animal, et son importance dans les civilisations asiatiques, transparaît à travers la double évocation de la bête sauvage et de celle domestiquée, montée par un homme rappelant que le cheval était à la fois un symbole de prestige et un alter ego dans les batailles. Les robes noire et blanche des équidés soulignent cette dichotomie, tout en donnant de l’élan à la composition. Comptez entre 50 000 et 80 000 € pour cette encre et couleurs sur soie.
Cette gouache et encre sur soie d’une Fillette aux nattes avec son panier de fleurs distille tout le charme de l’Asie (33,1 x 20 cm). Elle
Cette gouache et encre sur soie d’une Fillette aux nattes avec son panier de fleurs distille tout le charme de l’Asie (33,1 20 cm). Elle est signée Lê Thi Luu (1911-1988), l’une des rares femmes à avoir étudié à l’École des beaux-arts d’Indochine, et à avoir poursuivi une carrière artistique de manière professionnelle. Elle aussi, a fait le voyage en France, où elle s’est installée à la fin des années 1930. Ses thèmes de prédilection sont les enfants et les femmes, qu’elle peint avec une palette douce. Entre 15 000 et 20 000 € seront requis pour cette œuvre, restée dans la descendance de la personne à laquelle elle avait été offerte par l’artiste.
Agenda

Le lundi 30, une sélection pointue de vingt-deux œuvres a été faite pour représenter les peintres d’Asie, emmenés par les artistes de la génération de l’École des beaux-arts d’Indochine, comme Mai-Trung Thu et Vu Cao Dam. Le premier signe Le Sommeil, qui n’est pas sans évoquer les odalisques de l’Orient rêvé (80 000/120 000 €). Le second sera notamment représenté par des Chevaux au galop réalisés vers 1945-1949, un sujet rare chez ce peintre (50 000/80 000 €). Lê Thi Luu signe de son côté le charmant portrait d’une Fillette aux nattes avec son panier de fleurs (15 000/20 000 €). Une autre femme, sera à l’honneur, Alix Aymé, dont sept œuvres seront proposées dans une fourchette de 3 000 à 35 000 €. Sanyu sera l'ambassadeur de la Chine avec une Étude de nu féminin à l'encre sur papier (40 000/60 000 €).

lundi 30 novembre 2020 - 02:30 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne