facebook
Gazette Drouot logo print

Essai rarissime

Le 12 octobre 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Cet essai de 5 pounds commémorant le règne d’Édouard VIII revient en Europe après avoir quitté le prestigieux ensemble américain, The Paramount Collection, en mars dernier chez Heritage Auction. Il avait alors établi un record mondial. 

Essai rarissime
Royaume-Uni. Édouard VIII (reg. 20 janvier-11 décembre 1936), 5 pounds, 1937, flan bruni, or, Londres.
Avers 
: tête nue à gauche ; revers : saint Georges terrassant le dragon. Diamètre : 38 mm.
Prix de départ : 1,75 M€ Adjugé : 2,112 M€


La mise aux enchères de cette pièce est un événement exceptionnel à au moins deux égards. D’une part, elle revient, pour la première fois en Europe après avoir quitté sa collection américaine et, d’autre part, elle est proposée à la vente pour la seconde fois cette année, une chance supplémentaire plutôt inattendue pour les collectionneurs souhaitant mettre la main sur un lot qui n’existe, en tout et pour tout, qu’en trois exemplaires au monde. À ce titre, l’un d’eux avait d’ailleurs établi, à 2,28 M$, le record mondial de la monnaie britannique la plus chère jamais vendue aux enchères publiques. Cette rareté numismatique n’est autre que l’essai de 5 livres frappé à Londres en 1937 à la suite du court règne d’Édouard VIII. Fils de George V, il devient roi le 20 janvier 1936. Mais son esprit libre et son refus des protocoles, associés à un farouche mépris des conventions, annoncent un règne chaotique. Sa demande en mariage faite à la mondaine américaine Wallis Simpson, qui plus est en instance de divorce, provoque une crise constitutionnelle ainsi qu’un conflit avec l’Église aboutissant à son abdication le 11 décembre de la même année, après seulement dix mois et demi au pouvoir. Inutile de préciser que la frappe courante du monnayage d’Édouard VIII n’aura pas lieu. Les quelque 200 matrices préparées furent détruites, Édouard VIII lui-même ne possédera jamais de série des essais à son nom. Pour celui de 5 pounds, après l’exemplaire de la Royal Mint, seuls deux autres sont connus, l’un dans la collection Tyrant et notre exemplaire. Elle s’impose comme la pièce phare de l’Empire britannique moderne, voire de toute la numismatique après 1850. Seuls quelques exemplaires peuvent rivaliser, sans toutefois atteindre ce niveau de rareté : « Una et le lion », commémorant en 1839 le début du règne de la reine Victoria, considérée comme l’une des plus belles pièces britanniques jamais frappées, était adjugée 984 000 € par MDC à Monaco, le 29 octobre 2020.
 

 

 
Agenda
Cette deuxième journée voit la pièce la plus chère de l'Empire britannique moderne passer sous le marteau pour la deuxième fois de l'année : avec un prix de départ d'1,75 M€, cet essai de 5 pounds commémorant le court règne d'Édouard VIII pourrait battre un nouveau record. La Grande-Bretagne est bien représentée avec encore un essai 5 pounds du règne de George III (400 000 €) mais aussi un 5 guinées de George II (500 000 €). La France n'est pas en reste : 100 francs du second Empire, pièce frappée en 1870, pourrait s'arracher à 500 000 €. Une épreuve en or de 5 francs de la IIe République (1848) affiche une estimation de 150 000 €. D'autres régions sont présentes : la Transylvanie avec 10 ducats de 1713 (200 000 €), l'Italie avec 20 lires de Victor-Emmanuel (150 000 €) ou encore le Mexique avec 8 escudos de Philippe V (70 000 €).
jeudi 21 octobre 2021 - 09:30
27, avenue de la Costa - 98000 Monte Carlo
MDC Monnaies de Collection
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot