Empreintes végétales fossiles

Le 08 octobre 2020, par Claire Papon

Ses dimensions et son état de conservation font de ce fossile de feuille de palmier l’une des vedettes de cette dispersion de naturalia.

Fossile de feuille de palmier (Sabalites sp.), Éocène (53,5-48,5 millions d’années), formation de Green River, Kemmerer, Wyoming (États-Unis), 300 200 cm.
Estimation : 45 000/55 000 

Le saviez-vous ? Il y a cinquante millions d’années régnait dans une partie du Wyoming, aux États-Unis, un climat comparable à celui de l’actuelle Floride. Toute la région, pourtant située au nord-ouest du pays, était un paradis végétal et aquatique pour les tortues et autres crocodiles. La végétation était luxuriante comme le prouve cette feuille de palmier fossilisée, très représentative de la flore de la période Éocène. Contrairement à d’autres, elle n’est environnée d’aucun poisson qui, gisant dans les fonds marins, sont parfois emprisonnés et parfaitement conservés. Rien ici n’a été ajouté, repeint, modifié et, malgré quelques lignes brisées, notre feuille offre des pointes intactes. Ajoutons qu’il s’agit de l’un des plus grands spécimens de ce type jamais présentés aux enchères. Des fossiles de feuilles de palmier sabalites de l’Éocène ont été relevés sur des grès en bord de Loire, entre Angers et Saumur. C’est d’Holzmaden, en Allemagne, qu’est issu en revanche un groupe de quatre crinoïdes fossilisés depuis 195 millions d’années. Classés parmi les échinodermes, comme les étoiles et les oursins, ces lys de mer agitaient leurs bras plumeux pour capturer le plancton. Comptez 70 000/90 000 € pour décrocher une grande plaque (230 144 cm) de schiste ornée de longues tiges souples et leurs couronnes entièrement ouvertes attachées à une section de bois flotté.

Agenda
Difficile de manquer le héros du jour, ou du moins la dispersion, vu ses mensurations – 3,50 x 10 mètres… Un format qui pourrait bien l'handicaper pour monter sur le podium, même si celui-ci lui est promis. C'est un Allosaurus de l'époque du Jurassique supérieur trouvé dans le Wyoming, qui pourrait bien atteindre 1/1,2 M€ (voir couverture Gazette n° 34, page 6). À défaut de la bête entière, on pourra essayer de décrocher un maxillaire (d'Allausorus) de mêmes époque et provenance (60 000/70 000 €), ou encore une défense de mammouth de l'époque du Pléistocène provenant du permafrost de la Sibérie (16 000/18 000 €). D'autres incontournables des cabinets de curiosités les accompagnent parmi lesquels des ammonites, des œufs d'Aepyornis, des gorgones, blocs de quartz, labradorites et autres améthystes, envolées de papillons. Sans oublier de belles et grandes plaques de poissons, bois et végétaux fossilisés dont les estimations vont de 4 000 à 100 000 €. Tous les goûts et toutes les bourses…
mardi 13 octobre 2020 - 15:00 - Live
Salle 5-6 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne