Vincent, icône de l’histoire de la moto

Le 19 mai 2021, par Caroline Legrand

Les motos poursuivront leur folle course aux enchères du côté de Blois, avec à leur tête une Vincent d’exception. L’asphalte nous appelle !

Moto Vincent « Comet » 500 cc série C de 1952, carte grise française.
Estimation : 29 000/32 000 €

Une véritable moto de connaisseurs ! Cette 500 cc « Comet » de la marque britannique Vincent HRD a d’abord appartenu à des passionnés de deux-roues puis, depuis quelques années, à des investisseurs, qui ont anticipé l’essor du marché de cette spécialité. Elle a été parfaitement entretenue et conservée dans un état concours. Avec cette série C, on remonte à l’année 1952, précisément quand les Vincent se hissèrent au rang d’icônes. À leur actif, le premier record à plus de 200 km/h pour une moto de série, en l’occurrence la Black Shadow ! La qualité a toujours été au cœur de l’esprit de cette entreprise, ce qui lui valut même sa faillite en 1955, car, ne se résignant pas à réduire les coûts de production, elle perdait trop d’argent. Demeure une belle et fulgurante aventure débutée après la Première Guerre mondiale par Howard Raymond, qui s’était occupé l’esprit durant sa détention par les Allemands en imaginant la moto de ses rêves. En 1924, il s’associe avec E.J. Massey et crée un premier modèle de course, qui remporte le Tourist Trophy de 1925. Il achète en 1928 la marque HRD et fonde « Vincent HRD ». Les années 1930 voient la sortie, grâce également à l’ingénieur Phil Irving, de motos d’exception, dotées de moteurs de 499 voire 998 cm3, de boîtes à quatre rapports, avec sélection au pied, et d’une nouvelle suspension arrière Cantilever. Après 1945, la Black Shadows et la Black Lightning battront tous les records, propulsant la marque Vincent dans l’histoire.

Agenda
Quelque deux cents pièces détachées accompagneront trente-six motos de collection. En pole position s'annonceront une Vincent Comet 500 cc de 1952, qui pourrait atteindre les 29 000/32 000 €, ou encore, pour les fans d'américaines, une Harley-Davidson XR 1200 de 2010 ayant appartenu au pilote de Warr's racing Jeremy McWilliams, un véritable modèle de course à envisager à 18 000/23 000 €. Pour ceux qui préfèrent les japonaises, notons également la participation d'une Kawasaki Samouraï A1SS 250cc, de 1969 (7 500/9 000 €), et d'une Honda CB77 de 305cc de l'année 1966 (7 500/8 500 €). Les marques BSA, NSU, Magnat Debon, Triumph, AJS, Sunbeam, Bianchi ou Ariel seront encore présentes, de même que la belge Sarolea avec un rare attelage 22D 500 cc de 1921, un modèle « colonial » devenu une belle pièce de collection (21 000/24 000 €). 
samedi 29 mai 2021 - 14:00
Blois - 32, avenue Maunoury - 41000
Pousse-Cornet
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne