Bel ensemble d’intailles antiques

Le 17 février 2021, par Caroline Legrand

Composée d’une quarantaine de pièces, une collection particulière évoquera l’art antique de l’intaille, très apprécié dès le Moyen Âge. 

Intaille italienne de la période augustéenne (63 av.-14 apr. J.-C.), monture du XIXe siècle. Bague en or jaune, intaille ovale en agate à bandes gravée d’un héros nu levant un glaive et tenant un trophée sous le bras, un autel à ses pieds, h. 2,3 cm. 
Estimation : 3 000/5 000 


De 100/200 €, pour une intaille ovale du XIXe siècle gravée dans la pâte de verre d’une figure à l’antique de femme nue et de son enfant, jusqu’à 3 000/5 000 € pour cette bague ornée d’une longue intaille ovale tricolore, gravée à l’époque augustéenne d’un héros – qui ne saurait être autre que l’empereur Auguste – en Mars Ultor ou Jason… Cet ensemble d’une quarantaine de pièces propose un large éventail de ces pierres tant convoitées. Il faut rappeler que les intailles sont taillées ou gravées en creux, à la différence des camées qui sont en relief. Cette technique peut s’appliquer sur des cornalines, des calcédoines, agates, jaspes ou cristaux de roche, et même des pierres précieuses. Fréquemment utilisées durant l’Antiquité, les intailles étaient montées pour faire office de cachets ou de sceaux. Elles ornaient parfois aussi des bijoux. Dans cette riche collection constituée dès la fin du XIXe siècle, et depuis restée dans cette même famille de grands connaisseurs, on peut aussi admirer une bague grecque de la fin du VIe-début du Ve siècle av. J.-C. : à chaton ovale, en or jaune, elle est gravée d’un griffon assis devant lequel se tient un personnage barbu (2 500/3 500 €). Ou encore celle, de la période hellénistique (2 000/3 000 €), ornée d’une intaille en agate marron et beige représentant un guerrier barbu, nu, tenant par les cheveux une femme devant une statue d’Athéna : ces deux personnages illustrent sans doute la scène de la guerre de Troie, Ajax arrachant Cassandre au Palladion.

Agenda
Quelque 70 lots provenant d'une collection particulière réunie dès la fin du XIXe siècle et restée dans la même famille depuis prendront le chemin des enchères. Ils proposeront tout d'abord 22 amulettes égyptiennes estimées entre 200 et 800 € pièce. Au plus haut, une amulette du Nouvel Empire à la Troisième période intermédiaire, datée entre 1550-664 av. J.-C., représentant la déesse Sekhmet debout en or, vêtue d'une longue robe fourreau et coiffée du disque solaire (600/800 €). Suivront 45 intailles antiques annoncées entre 100 et 5 000 €. Fabriquées dans des matériaux variés, du cristal à l'agate en passant par le grenat, la calcédoine, la cornaline ou encore le jaspe, ils présentent des décors gravés en creux de scènes mythologiques, d'animaux ou de portraits. Se distinguera une bague ornée d'une longue intaille ovale réalisée dans une agate à trois bandes de couleurs différentes et à motif de héros nu tenant un trophée et un glaive devant un autel (3 000/5 000 €). 
jeudi 25 février 2021 - 14:00
Laval - 47, rue du Bourny - 53000
Laval Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne