Frederick de Wit, l’œuvre d’une vie

Le 05 juin 2020, par Caroline Legrand

Au XVIIe siècle, Frederick de Wit se place parmi les grands promoteurs de la cartographie, comme en témoigne cet ouvrage composé de ses plus belles planches, rehaussées en coloris d’époque.

Frederick de Wit (1630-1706), Tot Amsterdam, by Frederick de Wit, in de Calverstaert bij den dam inde Witte Paskaert, vers 1680, atlas in-folio, 103 cartes, certaines aquarellées, reliure hollandaise d’époque.
Estimation : 40 000/50 000 

Régnant en maîtres, les bateaux hollandais sillonnent les mers du monde entier au Siècle d’or. Grâce à ces voyages, les scientifiques du pays peuvent mettre au point des cartes géographiques d’une précision encore jamais égalée. Des progrès considérables sont alors effectués, rendus également possibles par le développement des techniques d’impression. Bien qu’il lui manque une carte sur les cent quatre, celle de la Nova Orbis Tabula («le planisphère»), cet atlas à reliure hollandaise, en demi-veau marbré d’époque, représente un beau florilège du travail de Frederick de Wit. Ce dernier a rassemblé pour cette édition datée vers 1680 ses plus belles cartes du monde. Signalons qu’il ne les datait quasiment jamais, et qu’il reste donc difficile d’établir une datation précise. La grande particularité de cet atlas est qu’il possède des cartes rehaussées en coloris d’époque. Ce qui demeure aujourd’hui très rare. «Seulement dix pour cent des ouvrages conservés de De Wit présentent cette particularité», estime l’expert Michel Convert. Né à Gouda en 1630, le cartographe et graveur s’installe à Amsterdam en 1648, où il deviendra un membre important de la corporation des marchands de livres de Saint-Lucas. Il commence son travail cartographique par des villes du nord de l’Europe, avant de passer aux pays alentour. Il vend ses productions à d’autres auteurs ou éditeurs jusque vers 1660, où il publie ses célèbres Nova Orbis Tabula in Lucem Edita et Nova Totius Terrarum Orbis Tabula. Y sont compilées ses propres cartes gravées, mais aussi celles d’autres grands géographes de l’époque comme Willem Blaeu et Johannes Janssonius. Une somme des recherches cartographiques les plus avancées de l’époque, même si quelques approximations demeurent, la Californie étant par exemple considérée comme une île. Mais la connaissance du monde était en marche.

Agenda
La géographie et le voyage seront des thèmes particulièrement bien illustrés. On prévoira ainsi pas moins de 40 000/50 000 € pour acquérir un atlas du monde très complet de Frederick de Wit, publié vers 1680 et rehaussé d'époque (voir Gazette n° 22 page ???), et 8 000/10 000 € pour Views of Trinidad de Michel Jean Cazabon, publié à Paris au XIXe. Au chapitre des sciences naturelles, nous mentionnerons La Fauconnerie de Charles d'Arcusia, imprimé à Paris en 1599 chez Houzé (20 000/25 000 €), et à celui de la mode les numéros des sept premières années de parution de La Gazette du bon ton, de 1912 à 1925 – la Grande Guerre l'ayant interrompue plusieurs années (5 000/7 000 €).   
samedi 13 juin 2020 - 10:00,14:00
Bordeaux - 12-14, rue Peyronnet - 33800
Briscadieu
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne