facebook
Gazette Drouot logo print

Piranèse visionnaire

Le 31 octobre 2019, par Claire Papon

Promis à la plus haute marche du podium lors de cette vente de livres, cet exemplaire des Prisons imaginaires est sans doute la plus célèbre de toutes les suites gravées de Piranèse.

Piranèse visionnaire
Jean-Baptiste Piranèse (1720-1778), Le Brasier fumant de la série des Carceri (Rome, Bouchard, vers 1749-1750). Suite de quatorze planches, en feuilles sous chemise-étui moderne.
Estimation : 180 000/200 000 

L’estimation est conséquente mais cet ensemble est l’œuvre du génie de l’eau-forte… Hormis le frontispice, toutes les épreuves sont issues de la première édition et en premier état. Cette première version a été publiée à Rome vers 1749-1750, l’artiste ayant commencé à travailler sur ce sujet à 25 ans. Ses épreuves s’apparentent plutôt à des œuvres préparatoires et diffèrent des versions suivantes et des derniers états, parus entre 1750-1758 et la fin des années 1770. Les compositions y sont saturées de hachures, plus sombres encore et accentuant le caractère dramatique. Maxime Préaud, conservateur à la BnF et historien de l’estampe, souligne «la gravure claire, parfois ensoleillée, presque gaie malgré son sujet» des épreuves de cette première version. Dans un monde fermé et nocturne, on distingue de vastes vestibules gothiques, des ouvertures remplies de barreaux, des escaliers infinis, des passerelles suspendues ne menant nulle part, des engins de torture, des cordages, telles des lianes, accrochés à des poulies, et quelques personnages fantomatiques errant dans ces labyrinthes. Cette première version se compose de quatorze formats verticaux et horizontaux, sans titres ni numéros, auxquels s’ajouteront deux planches dans la deuxième édition en 1761. Une autre modification est dans le titre, qui transforme des Invenzioni di carceri en Carceri d’invenzione, soit Inventions de prisons en Prisons d’invention. Projets réalisables ou réminiscences d’un passé lointain ? Pour Marguerite Yourcenar, auteur du Cerveau noir de Piranèse (2016) «la véritable horreur des Carceri est moins dans quelque mystérieuse scène de tourment que dans l’indifférence de ces fourmis humaines errant dans d’immenses espaces…» ; Jean-Paul Sartre estimant en revanche que Piranèse ne s’est jamais senti aussi libre que dans ses Prisons

Panorama (avant-vente)

Coups de théâtre

Le 31 octobre 2019, par Claire Papon

Décorateur officiel du théâtre de la Scala de Milan entre  1817 et 1832, Alessandro Sanquirico  (1777-1849) a laissé son nom associé à plusieurs opéras…

Coups de théâtre

Décorateur officiel du théâtre de la Scala de Milan entre 1817 et 1832, Alessandro Sanquirico (1777-1849) a laissé son nom associé à plusieurs opéras et ballets, dont La Clemenza di Tito de Mozart (1819) ou Norma de Vincenzo Bellini (1831). 35 000/40 000 € sont demandés de ce luxueux recueil de format in-folio oblong habillé de maroquin rouge néoclassique, Raccolta di varie Decorazioni sceniche inventae ed eseguite per il R. Teatro alla Scala (Milan, 1829). Il comprend un feuillet de titre et 72 planches gravées en aquatinte, finement coloriées au pinceau et gommées. Recherché pour la beauté des dessins et des coloris ainsi que pour l’histoire de la Scala et ses somptueux décors éphémères, il figure dans la vente Binoche et Giquello (M. Courvoisier, expert) mercredi 6, salle 7 à Drouot.

Agenda

Si la vedette incontestée est une suite de 14 planches des Prisons imaginaires de Piranèse issue de la première édition pour laquelle pas moins de 180 000/200 000 € sont avancés, d’autres belles batailles d’enchères sont prévues. Comptez 10 000/15 000 € d’une édition originale de la première bible protestante en espagnol (Bâle, 1569, volume in-4°), 20 000/30 000 € d’un exemplaire (de l’édition originale) de l’ouvrage fondateur du droit international public de Hugo de Groot (Paris, 1625, in-4°), tout comme d’une édition originale du somptueux livre de fêtes vénitien de Bernardo Sartorio donnant la relation détaillée de la régate organisée en 1688 en l’honneur de Ferdinand de Médicis (Venise, vers 1690). On surveillera également une première édition du traité célèbre d’Heinrich Cornelius Agrippa, De occulta philosophia (Anvers, 1531, 6 000/8 000 €), une édition du plus ancien traité de géométrie en français de Charles de Bouelles (Paris, 1542, in-4°, 8 000/10 000 €), un recueil rassemblant près de 350 échantillons de papiers par Montgolfier (Paris, 1827, grand in-4°, 35 000/40 000 €). 15 000/20 000 € enfin sont demandés d’un précieux manuscrit autographe, avec ratures et corrections, du plaidoyer de Jean-Baptiste Gerbier, défenseur de Diderot et des libraires de l’Encyclopédie, dans le procès intenté par Luneau de Boisjermain, l’un des souscripteurs de l’ouvrage. Il s’agit de la seule trace existante de la préparation de cette défense décisive dans la victoire finale du philosophe et de ses éditeurs.

livres anciens et modernes
mercredi 06 novembre 2019 - 14:00 (CET) - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
Binoche et Giquello
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot