Quand les soyeux font grande impression

Le 17 juin 2020, par Caroline Legrand

Du XVIIe au XIXe siècle, la soie est le moteur de l’économie lyonnaise et se retrouve partout… même dans les livres de prières.

Livre de prières tissé sur soie d’après des enluminures de manuscrits du XIVe au XVIe siècle. Lyon, [A ROUX & ; J.A. HENRY], 1886-1887, un volume in-8° carré (180 156 cm) de 50 pages, pleine reliure rigide à la Bradel en vélin blanc, titre calligraphié à l’encre noire en tête du dos.
Estimation : 8 000/15 000 

Deux années de travail ont été nécessaires pour confectionner ce livre de cinquante pages… tissées sur un métier Jacquard à Lyon. Cet appareil permit une grande avancée au XIXe siècle grâce à son système mécanique à cartes perforées. Le texte est composé en caractères gothiques, en soie noire sur soie argentée, sur deux colonnes encadrées de bordures richement agrémentées de rinceaux. Les ornements sont nombreux et les lettrines accompagnées de quatre miniatures, dont trois pleines pages. Cet ouvrage a été imprimé en toute petite série, une cinquantaine d’exemplaires a priori. Il serait dû au fabricant J.-A. Henry et réalisé d’après les dessins de J. Hervier. Paul Marais indique dans son article sur les « Livres de prières tissés », publié dans le Bulletin du bibliophile de 1889, que le tissu fait d’une très belle soie est « remarquablement serré » et comporte « 400 passées de trame au pouce ». Un travail qui nécessita plusieurs centaines de mille de cartons, certaines gravures ayant été recommencées plusieurs dizaines de fois avant d’atteindre cette perfection ! On comprend pourquoi les livres tissés sont si rares. Ce même fabricant réalisa peu avant ce livre de prières, en 1883, un recueil de poèmes de Lamartine, Les Laboureurs . Ces ouvrages remarquables constituent les derniers témoins d’une très inventive industrie lyonnaise du tissu qui connut sa chute au XXe siècle, avec à l’arrivée sur le marché des textiles synthétiques.

jeudi 25 juin 2020 - 14:30 - Live
Lyon - 8, rue de Castries - 69002
Conan Hôtel d’Ainay - Cécile Conan Fillatre Commissaire-Priseur Judiciaire
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne