Souvenirs de la royauté

Le 15 avril 2021, par Sophie Reyssat

Marie-Antoinette se fait l’ambassadrice de l’Ancien Régime, dont l’esprit renaît sous le pinceau de Colson.

Jean-François Colson (1733-1803), Portrait présumé de Charles-François Panard, toile, 81,5 65 cm.
Estimation : 30 000/40 000 

Après le soulier de Marie-Antoinette, disputé par des enchères internationales jusqu’à 43 750 € en novembre dernier (voir l'article Une Cendrillon nommée Marie-Antoinette de la Gazette n° 41 de 2020, page 129), voici le fichu de la souveraine, confectionné avec «la reine des dentelles» : celle réalisée à l’aiguille dans la ville normande d’Alençon, où une manufacture royale a été fondée par Colbert en 1665. Créé pour faire face à la concurrence du point de Venise, celui d’Alençon devient rapidement le favori de la cour. Émerveillé par sa densité, Louis XV le baptise «dentelle d’hiver». Au XVIIIe siècle,sa fabrication occupe ainsi 80 ateliers et 10 000 dentelières. Ce savoir-faire est aujourd’hui classé patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Cette vente consacrée à la royauté recèle d’autres reliques, comme un gilet porté par Louis XVII au Temple, et recueilli par Jean-Baptiste Gomin, le gardien de Madame Royale (5 000/6 000 €). Présenté dans un coffret marqué «SAR Madame la Princesse Adelaïde», un ensemble de clés ouvrira le monde des souvenirs, ceux des domaines royaux de Vincennes, Saint-Cloud, Versailles, Saint-Germain et Meudon (8 000/10 000 €). L’esprit du XVIIIe siècle sera quant à lui évoqué par l’homme de lettres et célèbre parolier Charles-François Panard. Son portrait, anciennement donné à Chardin et Duplessis, est aujourd’hui attribué à Jean-François Colson. Le peintre, également auteur d’un recueil de poésies légères, a pu rencontrer le chansonnier par le biais de son frère Jean-Claude, comédien sous le pseudonyme de Bellecour, et doyen de la Comédie-Française en 1778. Le fond neutre et les tonalités sombres mettent en valeur la physionomie expressive et pleine de naturel du modèle, coiffé d’une perruque à la mode de 1750. Il est surpris à son bureau, alors qu’il parcourt des partitions. Le pinceau se fait aussi subtil pour détailler les dentelles de cet homme de goût.
 

Fichu en dentelle d’Alençon, décor de fleurettes et de guirlandes, le centre en argentan à mailles festonnées, le pourtour enrichi d’un vo
Fichu en dentelle d’Alençon, décor de fleurettes et de guirlandes, le centre en argentan à mailles festonnées, le pourtour enrichi d’un volant à motif différent, sous verre dans un encadrement ancien, doré, en forme d’éventail, cartouche : «fichu de la reine Marie-Antoinette donné par Mesdames de France», 87 87 cm à vue.
Estimation : 5 000/6 000 
Panorama (avant-vente)

En carrosse !

Le 15 avril 2021, par Sophie Reyssat

Ce diminutif de berline attelée remonte au premier tiers du XVIIIe siècle, et figure parmi les pièces maîtresses d’une collection d’une quarantaine de carrosses miniatures, de voitures d’enfants, de chaises à porteurs mais aussi de traîneaux, réunie par un passionné et dispersée à Versailles, le dimanche 18 avril (Osenat OVV, M. Dey). En bois sculpté, dont les éléments sont assemblés à l’aide de vis ou de boulons en fer forgé, le noble véhicule, peint en rouge et souligné de filets dorés, présente une cabine ornée d’un décor de chinoiseries au vernis Martin. Amovible, le toit de tissus permet d’admirer l’agencement intérieur à banquettes capitonnées, doté de vitres ouvrantes. Le cocher et les chevaux sont eux aussi en bois sculpté (148 43 38 cm).
Estimation : 8 000/10 000 

Agenda

La journée entière sera consacrée à la royauté. Documents autographes et médailles ouvriront la matinée, qui évoquera également le souvenir de la Révolution. Estampillée par Jean-Baptiste Sené vers 1787, et saisie dans le salon de la princesse de Lamballe, une chaise en acajou à dossier grille est proposée autour de 6 500 €. L’après-midi sera introduit par Louis XIV, dont un plâtre du premier tiers du XIXe siècle reprend une statue en pied de Domenico Guidi (8 000/12 000 €). Des souvenirs plus personnels sont au rendez-vous, comme un fichu en dentelle d’Alençon de Marie-Antoinette, et un gilet porté par Louis XVII au Temple (5 000/6 000 € chacun). Réunies dans un coffret au nom de la princesse Adélaïde, un ensemble de clés des parcs royaux fera rêver autour de 9 000 €, tandis qu’une remarquable collection de traîneaux, de chaises à porteurs et de calèches miniatures, du XVIIe au XIXe siècle, verra ses pièces dispersées entre 100 et 10 000 €. Anciennement donné à Chardin et réattribué à Jean-François Colson, un Portrait présumé de Charles-François Panard sera proposé autour de 35 000 €.

dimanche 18 avril 2021 - 10:30 - Live
Versailles - Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud - 78000
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne