Les fictions d’Yves Tanguy

Le 15 juin 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Peintre surréaliste, Yves Tanguy fait sienne la poésie de l’automatisme et développe des paysages où l’inconscient règne en maître absolu.

Yves Tanguy (1900-1955), Titre inconnu, huile sur toile, 73,5 54 cm, 1939.
Estimation : 800 000/1,2M CHF

Yves Tanguy fut l’un des premiers surréalistes à intégrer les collections nationales, avec l’un de ces paysages imaginaires aux formes organiques, Jour de lenteur, qui fut acquis après son exposition au Palais des beaux-arts de Bruxelles en 1937. C’est en découvrant les œuvres oniriques de Giorgio De Chirico que Tanguy décide de devenir peintre, poussé également par l’un de ses camarades de classe, un certain Pierre Matisse, fils d’Henri et futur marchand d’art à New York. Son travail sera ainsi très influencé par les peintures métaphysiques de De Chirico. Il peint cette toile en 1939, soit un an avant de partir aux États-Unis où il rejoint l’artiste Kay Sage, sa future épouse rencontrée en 1938 au Salon des surindépendants. Tous les éléments de ses paysages minéraux y figurent : des coquillages pour ce Breton d’origine né au ministère de la Marine, où son père disposait d’un logement de fonction, et devenu matelot deux années durant ; mais aussi ce qui pourrait s’apparenter à des formations osseuses, du cartilage, des matières organiques. André Breton écrit à son sujet en 1941 : « L’apparition de Tanguy dans la lumière neptunienne de la voyance retend peu à peu le fil de l’horizon qui s’était brisé. Mais c’est avec lui un horizon nouveau, celui sur lequel va s’ordonner en profondeur le paysage non plus physique mais mental. Les êtres-objets strictement inventés qui peuplent ses toiles jouissent de leurs affinités propres qui traduisent de la seule heureuse manière – la manière non littérale – tout ce qui peut être objet d’émotion dans l’univers. » Ce paysage désertique d’Yves Tanguy est l’un des derniers peints en France, avant que ne fassent irruption, dans sa période américaine, en plein conflit mondial, des robots et des machines de guerre agressives. Pour l’heure, l’ambiance est paisible, éthérée. Tanguy recourt à des atmosphères suaves, aux coloris pastel et à une luminosité douce, presque incandescente. Ces paysages lunaires dépassent régulièrement le million d’euros en salle de ventes.
 

Agenda
Une vacation aux grands noms : un Yves Tanguy en vedette (800 000/1,2M CHF, voir Gazette n° 24) mais aussi une peinture abstraite de Nicolas de Staël (300 000/400 000 CHF). Troisième grand nom de cette session, Paul Gauguin : son Paysage aux chevreuils est une rare œuvre de sa main de cette date, alors qu'il est encore employé comme agent de change, seulement 5 tableaux datés de 1876 de Gauguin nous sont parvenus à ce jour. Pour la composition de cette œuvre, Gauguin s'est inspiré de Courbet. Un grand choix d'art asiatique à moins de 2 000 CHF, des bijoux dont un collier Cartier (7 000/8 000 CHF), une aquarelle de Paul Signac (10 000/15 000 CHF) ou encore un Ernest Biéler, chef de file de l'école de Savièse (15 000/25 000 CHF).
mardi 22 juin 2021 - 10:00 - Live
Lausanne - Chemin de Montelly, 2 - CH-1007
Dogny Auction
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne