Un chemin de saint Jacques attribué au maître d’Esloo

Le 15 juillet 2020, par Claire Papon

Ce groupe représentant La Translation du corps de saint Jacques en Galice, attribué au maître d’Esloo, possède de nombreux atouts, notamment ses dimensions, la maîtrise de son exécution et son thème.

Attribué au maître d’Esloo. Groupe de retable en chêne sculpté représentant la Translation du corps de saint Jacques en Galice. Pays-Bas espagnols, Meuse moyenne, Limbourg, Ruremonde, vers 1510-1520, 73,5 45 21,5 cm.
Estimation : 45 000/60 000 

Qui est-il ou qui sont-ils ? Le Maître d’Esloo – du nom d’une petite ville hollandaise où se trouve l’un des chefs-d’œuvre, une Sainte Anne trinitaire – est-il une figure solitaire ou bien un groupe de sculpteurs du Limbourg dont l’atelier situé à Roermond (Ruremonde) fut actif au début du XVIe siècle ? On pense depuis peu mettre un nom sur cette appellation générique, celui de Johan Van Oel, un artiste apparu dans les archives de la ville, sans que l’on ait pu lui donner avec certitude une œuvre précise. Les Christ en croix, saints ou groupes de saints où l’on devine d’anciennes polychromies de ce mystérieux Maître d’Esloo se signalent par des personnages à la tête carrée et sévères, des hommes barbus avec de longues mains. Des traits que l’on retrouve dans cette scène dont le thème – la translation miraculeuse des reliques de saint Jacques le Majeur de Jaffa en Palestine à Compostelle en Galice – est inédit en sculpture. L’épisode représenté semble celui où les compagnons de Jacques placent son corps supplicié dans le « bateau de pierre, sans voile ni gouvernail ». Parmi ces quatre disciples, on pourrait reconnaître le magicien Hermogène soutenant le corps sous les aisselles et le jeune Philète portant la tête du saint qui l’avait converti à la vraie Foi. La petite scène située dans la partie supérieure rappelle que le jeune homme avait été enchaîné par les maléfices d’Hermogène, rendu furieux par sa conversion, avant que Jacques ne lui fasse parvenir un manteau miraculeux qui le délivre de ce sort.

Agenda
Un buste de saint Paul en pierre calcaire, véritable portrait, attribué à Claus Sluter nécessitera 25 000/30 000 €, tandis que 45 000/60 000 € seront nécessaires pour décrocher un groupe de retable en chêne sculpté représentant La Translation du corps de saint Jacques en Galice attribué au maître d'Esloo. Parmi les émaux, on a retenu un coffret orné de neuf plaques polychromes sur le thème des jeux d'enfants (atelier de Léonard Limosin ou Pierre Raymond, 12 000/15 000 €). Au chapitre mobilier, 20 000/25 000 € sont attendus d'un cabinet en marqueterie de bois indigènes en partie teintés, travail probablement d'Augsbourg, vers 1580 (20 000/25 000 €), 25 000/30 000 € d'un modèle en bois noirci, placage d'ébène, peuplier, marbre et pierre peinte, travail florentin du milieu XVIIe.
jeudi 23 juillet 2020 - 16:00 - Live
Salle 1 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne