Govaert Flinck à son apogée

Le 21 septembre 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Élève et collaborateur de Rembrandt, Govaert Flinck suit la ligne du maître du Siècle d’or dans ses premières œuvres, avant d’orienter son geste vers davantage de classicisme.

Govaert Flinck (1615-1660), Tronie d’un homme barbu, 1650, huile sur toile, 61,5 50,7 cm.
Estimation : 700 000/900 000 CHF

Lorsque Govaert Flinck naît à Clèves en 1615, le duché est alors aux mains des Provinces-Unies. Le jeune Govaert entre en apprentissage chez un marchand de soie avant d’être rattrapé par sa passion pour le dessin et la gravure. Quelques rencontres hasardeuses le conduisent jusqu’à l’atelier de Rembrandt, qu’il fréquente de 1633 à 1636. Comme son maître, il se lance dans la peinture d’histoire mais aussi, et surtout, dans le portrait. L’essor du « tronie » est alors considérable dans une province où le calvinisme rend les commandes religieuses rares. Ce saisissant portrait d’un vieil homme à la barbe a été présenté au public pour la dernière fois en 2018, au musée de la maison de Rembrandt à Amsterdam, lors de l’exposition « Ferdinand Bol et Govaert Flinck : les maîtres élèves de Rembrandt ». La touche rapide, l’impression générale qui relève davantage de l’esquisse que de la toile finie, rendent le modèle particulièrement vivant et réaliste : sa barbe grise et ses cheveux sont façonnés avec virtuosité par des coups de pinceau chargés de matière. La fluidité du geste conjuguée au modelé fin du visage est particulièrement typique de la dernière décennie de la vie de l’artiste. La délicatesse de l’ensemble suggère que le portrait fut peint d’après un modèle vivant. Le spécialiste J.W. von Moltke avance, dans l’ouvrage qu’il consacre au peintre en 1965, qu’il pourrait s’agir d’une représentation de l’apôtre Pierre. Nous ne connaissons pas l’identité du modèle, mais il a vraisemblablement également posé pour le Sacrifice d’Isaac de Rembrandt, conservé au musée de l’Ermitage. Quels que soient les secrets dissimulés derrière cette toile, nous sommes incontestablement face à une œuvre de maturité dans laquelle Flinck prend des distances stylistiques vis-à-vis de Rembrandt, notamment dans l’application douce et fluide de la peinture. Une période et un sujet particulièrement appréciés si l’on en croit le résultat d’une œuvre similaire, le Vieil homme à une fenêtre, adjugé 10,5 M$ (sur une estimation de 2/3 M$) chez Christie’s New York, en 2017.

vendredi 01 octobre 2021 - 14:00
Koller Auctions - Hardturmstrasse 102 - 8031
Koller Auctions
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne