facebook
Gazette Drouot logo print

Porcelaine de Sèvres pour le comte de Caraman

Le 24 novembre 2021, par Claire Papon

Complet de ses 70 pièces, ce service en porcelaine de Sèvres est conservé dans la famille de celui à qui il a été offert, le comte de Caraman.

Porcelaine de Sèvres pour le comte de Caraman
Service en porcelaine de Sèvres à décor de bouquets de fleurs, de fleurs stylisées or et de treillage avec feuilles et fleurs de pavot comprenant quatre corbeilles, deux pots à sucre, quatre compotiers et soixante assiettes, marques en bleu aux deux «C» entrelacés, 1826-1827, diam. 21 à 25,2 cm.
Estimation : 20 000/25 000 Adjugé : 264 040 €


Son état de conservation indique qu’il n’a que – très – rarement été utilisé, et il a tous les atouts pour plaire aujourd’hui à une clientèle internationale. À commencer par son décor de fleurs dont pas une seule n’est semblable à une autre, servies par des émaux d’une fraîcheur étonnante. Leur auteur, Pierre-Antoine Sisson (ou Sinson) fils, fut actif à la manufacture de 1818 à 1844 comme peintre de fleurs. Remarquables aussi les motifs de fleurs et feuillages en or stylisés se détachant sur un fond bleu agate qui ornent les assiettes. Décrit comme «bouquet de fleurs» dans le registre des pièces entrées au magasin de ventes de Sèvres en 1827, ce décor annonce la vogue pour le style troubadour revisitant le Moyen Âge qui s’épanouira à l’époque Louis-Philippe. Terminé en 1827, notre service est présenté dans le cadre de l’Exposition des produits des Manufactures royales au palais du Louvre du 27 décembre (1827) au 5 janvier 1828. Destinées à présenter le meilleur des productions françaises, ces manifestations, prémices des Expositions universelles, étaient souvent liées à des événements officiels. Une place de choix revenait aux porcelaines de Sèvres. Cadeau du roi Charles X au comte de Caraman le mois suivant son exposition, ambassadeur de France en Saxe, ce service permettait de montrer l’excellence du savoir-faire français dans un domaine dans lequel nos voisins outre-Rhin étaient des concurrents de longue date. D’une pierre, deux coups…

Agenda

Destinée aux amateurs d'estampes pour sa séance du matin, cette vacation dédie ses premiers coups de l'après-midi à un petit ensemble de miniatures des Van Blarenberghe (est. 1 000 à 3 000 €), auxquelles succède le Portrait d'un artiste au foulard, 1793 (aquarelle et gouache) du Lorrain et grand miniaturiste François Dumont (6 000/8 000 €). Restant au chapitre des portraits, on surveillera celui de La Future Impératrice Catherine II de Russie en compagnie de sa mère et de son époux… par Anna Rosina Matthieu (10 000/15 000 €), ceux de Sainte Catherine d'Alexandrie et Sainte Catherine de Suède par Simon Vouet (10 000/20 000 €), celui du Christ au roseau par le peintre religieux espagnol empreint d'un grand réalisme dans le rendu des chairs comme des expressions, Luis de Morales (1509-1586, 20 000/30 000 €). Enfin côté objets, une verseuse couverte (seconde moitié du XIXe) en agate rubanée, argent, vermeil et émaux, décorée de Neptune chevauchant un cheval marin et de têtes casquées, est annoncée à 4 000/6 000 €, un service en pocelaine de Sèvres, cadeau de Charles X au comte de Caraman, à 20 000/25 000 €, une grande coupe dite "aux serpents", en aragonite et porphyre et bronze ciselé doré orné de putti, travail néoclassique dans l'esprit de Luigi Valadier, à 8 000/12 000 €. De style Louis XIV enfin, mais munie de l'estampille apocryphe d'Étienne Levasseur, une paire de cabinets à hauteur d'appui en marqueterie dite Boulle, en laiton et étain à jeux de rinceaux, est espérée à 8 000/12 000 €.

Estampes, miniatures et objets de vitrine, dessins et tableaux anciens et du XIXème siècle, tapis, tapisseries, instruments de musique
vendredi 03 décembre 2021 - 11:00 (CET) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009
Thierry de Maigret
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot