Le mobilier dans tous ses états

Le 01 septembre 2021, par Caroline Legrand

Cette vente se déroulant à quelques encablures de Lyon mettra particulièrement en valeur les meubles anciens. Des modèles classiques français y côtoieront une console italienne, mais aussi des créations régionalistes.

Rome, fin du XVIIIe-début du XIXe siècle. Console rectangulaire en bois doré sculpté, 95 161 80 cm.
Estimation : 10 000/15 000 

Si l’influence du mobilier français fut particulièrement forte au XVIIIe siècle dans toute l’Europe, chaque pays a su donner naissance à une production originale, à l’instar de l’Italie où la profusion des décors et l’exubérance des lignes s’imposèrent. Cette console romaine en témoigne idéalement avec son décor sculpté cumulant palmettes, rinceaux feuillagés et, sur l’entretoise, un masque fantastique, une coquille, des grenades. On percevra toute la différence de traitement avec celle française, d’époque Louis XV et en chêne, au décor plus délicat composé d’une ceinture ajourée à motif de coquille rocaille, de guirlandes de fleurs et de rinceaux feuillagés. Elle est présentée à 8 000/12 000 €. Quelques belles estampilles s’immisceront dans ce programme, telle celle de Claude-Charles Saunier (1735-1807). Toute l’élégance de son travail se déploie dans un meuble d’appui Transition en placage de satiné ouvrant par quatre portes à rideau et deux tiroirs, dont l’un forme écritoire (6 000/8 000 €). Parmi le mobilier provenant du château de Chassagny, propriété de la famille Marrel, se distingueront une grande armoire lyonnaise d’époque Louis XV, à fronton cintré en noyer sculpté de coquilles, rinceaux et fleurettes (1 500/2 000 €), et un cabinet dauphinois de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle, en placage de loupe et ronce de noyer à décor géométrique et bois noirci (2 000/3 000 €). À vous de choisir !

Agenda
Ce rendez-vous d'enchères, qui verra  la dispersion du contenu du château de Chassagny, proposera en particulier une belle sélection de meubles anciens. Cela pourra aller d'une importante console romaine fin XVIIIe-début XIXe, au riche décor sculpté et doré (10 000/15 000 €. Voir Gazette n° 30, page 54), à une paire de chaises Louis XVI estampillées Georges Jacob et provenant, selon la légende familiale, du palais romain de la famille Arrivabene Valenti Gonzaga (3 000/4 000 €). Alentour séduiront aussi bien un miroir à parcloses Régence en bois doré, au fronton découpé surmonté d'une large coquille déchiquetée de volutes ainsi que de vases fleuris (4 000/6 000 €), qu'un cartel Louis XVI en bronze doré, à motif de vase couvert et de quatre pommes de pin (2 000/3 000 €). 
dimanche 12 septembre 2021 - 10:00 - Live
Beauvallon - Château de Chassagny - 576, route de la Chaudane - 69700
De Baecque et Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne