Gatteaux, du papier au métal

Le 20 mai 2020, par Claire Papon

Des dessins, des lettres et des médailles rappellent la vie et le travail de Jacques-Édouard Gatteaux, sculpteur et fondeur français, collectionneur et ami d’Ingres.

Jacques-Édouard Gatteaux (1788-1881), carnet de dessins à l’encre ou à la mine de plomb sur papier végétal réunis dans une reliure en vélin et portant en deuxième de couverture les coordonnées de l’artiste.
Estimation : 5 000/6 000 

Ce carnet de dessins est le plus attendu. Il réunit des sculptures antiques, mythologiques, classiques, des fresques égyptiennes et bien d’autres sujets encore. Une collection de 65 médailles (Corneille, Buffon, Charles X, Beethoven, Louis-Philippe…) et jetons en argent, bronze et cuivre de 1808 à 1837, dessinés par lui, est annoncée à 3 000/4 000 €, tandis que 2 000/3 000 € seront nécessaires pour un ensemble de 24 lettres autographes (et trois dessins) relatant son voyage dans le Midi en 1829 ou ayant trait à des commandes, officielles ou de particuliers. Gatteaux n’a que 21 ans quand il devient lauréat du grand prix de Rome de gravure en médaille, après avoir été l’élève de son père et du sculpteur Jean-Guillaume Moitte. De 1814 à 1855, il expose au Salon et honore de nombreuses commandes publiques de statues, bustes, médailles, gravures allégoriques. Ami fidèle d’Ingres, mécène, il est aussi un ardent collectionneur – à la suite de son père – de livres, dessins, estampes, tableaux, bronzes, terres cuites, objets d’art. Nombre d’entre eux disparaissent dans l’incendie de sa demeure, 41, rue de Lille, le 23 mai 1871, durant les événements de la Commune. L’homme est aussi un généreux donateur à l’École nationale des beaux-arts et au musée du Louvre, de dessins italiens notamment, mais aussi de tableaux, livres, gravures et sculptures. C’est à ce dernier qu’appartient la perle de sa collection : une Vierge à l’Enfant entourée de saintes d’Hans Memling, partie du diptyque dit de Jan du Cellier, entreposé chez un graveur au moment de l’incendie de sa maison…

Agenda
On regardera vers les cimaises durant la première moitié de l'après-midi où voisinent des œuvres de écoles françaises et italiennes des XVIIe et XVIIIe siècles. Un Paysage au bouvier dans la campagne romaine d'Angelucio (1612-1656, 8 000/12 000 €), un Portrait de chien assis sur un coussin de l'école française XVIIIe (2 500/3 500 €), un dessin de Sébastien Le Clerc représentant L'Observatoire royal ayant figuré dans la collection David-Weill (1 200/1 600 €), sans omettre une toile attribuée à Jean Bardin sur le thème de L'Enlèvement des Sabines (4 000/6 000 €). On poursuit avec une petite collection de carafes en cristal taillé de Bohême XIXe, réalisées pour la Turquie (150 à 400 €), un carnet de dessins (5 000/6 000 €), une collection de 65 médailles en argent, bronze et cuivre (3 000/4 000 €) et un ensemble de lettres autographes (2 000/3 000 €) du sculpteur, médailleur et fondeur français, Jacques-Édouard Gatteaux (1788-1881).
mercredi 27 mai 2020 - 14:00 - Live
Salle 5 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne