Jean-Baptiste Monnoyer, l’amour des fleurs

Le 21 juillet 2021, par Caroline Legrand

Jean-Baptiste Monnoyer est la référence de l’époque Louis XIV dans le domaine de la peinture de fleurs. Il faut dire que la profusion et la diversité règnent sur ses compositions au charme baroque.

Attribué à Jean-Baptiste Monnoyer (1636-1699), Nature morte de fleurs animée de putti sur fond de parc architecturé, huile sur toile, 171,8 122,5 cm.
Estimation : 6 000/8 000 

Si dès le XVIe siècle la peinture de fleurs a pris son essor dans les pays nordiques, il a fallu attendre un peu plus longtemps pour que cette mode n’atteigne la France. Mais au XVIIe, certains artistes – en tête desquels Jean-Baptiste Monnoyer – surent donner ses lettres de noblesse à ce genre pictural. Le Grand Siècle était celui du faste de la cour du Roi-Soleil, et les peintures baroques se devaient de le refléter ; on peut ainsi percevoir dans cette composition à l’opulence florale exceptionnelle la volonté du peintre de démontrer le luxe et la richesse de son commanditaire. Tulipes, pivoines ou roses décrites avec minutie font jouer les couleurs, tandis que des putti apportent vie et mouvement au centre de la toile, virevoltant et chahutant… Un relief à l’antique est visible dans la partie droite, un détail bien souvent présent dans les œuvres de Monnoyer. Né à Lille, celui-ci étudie à Anvers, où il subit l’influence des artistes flamands, notamment de Davidsz de Heem. Il s’installe en 1655 à Paris, où il est nommé membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture dix ans plus tard. Durant les vingt années suivantes, ce peintre fort convoité participe à la décoration de nombreux hôtels particuliers, dont ceux de Lambert et Lauzun, mais aussi du château de Vaux-le-Vicomte où il collabore avec Charles Le Brun, qui par la suite fera souvent appel à lui pour des chantiers royaux.

Agenda
Une belle sélection de tableaux et dessins anciens provenant de collections particulières bretonnes marqueront cette vacation du 2 août. A leur tête la toile attribuée au peintre du XVIIe Jean-baptiste Monnoyer Nature morte de fleurs animées de putti sur fond de parc architecturé qui pourrait atteindre les 6 000/8 000 € mais aussi le dessin à la plume, encre brune et lavis gris sur vélin marouflé sur panneau décrivant Le siège de Besançon par l'atelier du célèbre peintre anversois Adam Frans van der Meulen spécialisé dans la peinture de bataille et de chasse dont la réputation dépassa les frontières de son pays pour se diffuser en France et en Espagne notamment (3 000/4 000 €). L'orfèvrerie ne manquera pas d'attirer également l'attention avec des créations du XVIIe siècle à nos jours provenant des juridications de Aix-en-Provence, Angers, Apt, Beaune, Blois, Cholet, Dijon, Langres, Marseille, Montauban, Morlaix, Nancy, Orléans, Paris, Perpignan, Quimper, Rennes, Rouen, Saint-Omer, Sedan, Strasbourg, Toulouse, Tours ou encore Vesoul.
lundi 02 août 2021 - 14:30 - Live
Morlaix - Saint-Martin-des-Champs - 26 bis, allée Saint-François - 29600
Dupont & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne