Vincennes d'après Boucher

Le 13 janvier 2021, par Claire Papon
Exécuté en 1754, à la manufacture de Vincennes, ce récipient est orné d’un décor exécuté d’après François Boucher probablement par Charles-Nicolas Dodin. Excusez du peu…
Manufacture de Vincennes. Pot à lait en porcelaine tendre décoré de deux angelots dans les nuages mangeant du raisin d’après François Boucher, dans une réserve de fleurs et feuillages se détachant sur un fond vert, monture en or ciselé, lettre-date de 1754, h. 12 cm.
Estimation : 20 000/25 000 
Ordinaire, vous avez dit ordinaire ? Le qualificatif employé pour la forme de notre pièce en référence à sa simplicité n’est en rien proportionnel à son raffinement… Celui de son décor tout d’abord, mettant en scène deux angelots mangeant du raisin assis sur des nuages. Imaginé par François Boucher, il est attribué à Charles-Nicolas Dodin (1734-1803), figure importante de cette dernière. Entré à 20 ans à la manufacture (devenue royale en 1752) comme peintre de figures, il exercera ses talents dans ce genre tout au long de sa carrière, notamment pour des commandes des mesdames Pompadour et du Barry, Louis XV, Louis XVI et Catherine de Russie. Les bambins se détachent sur un fond vert tirant sur le turquoise, l’un des plus prisés de la manufacture à l’époque et apprécié également aujourd’hui des clients français et étrangers. Précisons que la vénération des collectionneurs pour les fonds colorés tient aussi à ce que ceux-ci induisent obligatoirement, à Vincennes et à Sèvres, un décor particulièrement soigné – le plus souvent peint dans un cartouche à fond blanc délimité par des branchages dorés. Autre gage de préciosité de notre vase, sa monture, en or ciselé de volutes. Elle est poinçonnée d’une coquille Saint-Jacques, en usage à Paris entre 1756 et 1762. Ce pot à lait en pâte tendre pourrait être l’un des premiers exemples de fond vert sorti des fours en juillet-août 1754, qui contenaient plusieurs pièces de ce type, notamment une jatte ronde de même facture ayant appartenu à la collection Yves Mikaeloff.
Agenda
Si l'essentiel des œuvres provient de l'ancien siège du Crédit Foncier de France (voir Gazette n°1 page 20), d'autres méritent également le détour. Un Portrait de jeune femme jouant de la harpe attribué à Adélaïde Labille-Guiard pourrait trouver preneur à hauteur de 20 000/30 000 €, tandis qu'un pot à lait en porcelaine tendre de Vincennes à décor d'amours d'après François Boucher pourrait tourner autour de 20 000/25 000 €, et une terrine couverte en forme de canard en faïence de Strasbourg (fabrique de Paul Hannong) recueillir 5 000/8 000 €. Dans un tout autre genre mais une même fourchette d'estimation, on a retenu enfin une Sainte Anne trinitaire avec la Vierge et l'Enfant Jésus en noyer sculpté (Flandres, XVe siècle).
vendredi 22 janvier 2021 - 13:00 - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne