Panorama (avant-vente)

Des choux pour Sèvres

Le 28 novembre 2019, par Claire Papon

Fabriquées vers 1765, cette tasse et sa sous-tasse (respectivement h. cm et diam. 13,4 cm), qui seront accompagnées par un sucrier à prise fleurie (3 000/5 000 €), illustrent le modèle «Calabre» de Sèvres. Le succès de celui-ci lui a valu d’être interprété par de nombreuses autres manufactures. Mais l’atout de ces pièces présentées par Beaussant Lefèvre, le 6 décembre en salles 1 et 7, à Drouot (M. Vandermeersch, expert), tient dans leur décor : des feuilles de chou bleu céleste, rehaussées de peignés bleu foncé et soulignées de guirlandes dorées sur une trame de filets d’or. Cette ornementation avait valu à un broc «Roussel» et à sa jatte d’être préemptés par la Cité de la céramique - Sèvres et Limoges l’an passé, lors de la vente Malatier (voir l'article Lumières sur la collection Malatier de la Gazette n° 36 de 2018, page 98). L’estimation de notre tasse (et sa soucoupe) ? 5 000/7 000 €.

Agenda
Dites-le avec des fleurs… Tel pourrait être l'intitulé de cette toile de Pieter Casteels, Fleurs dans une corbeille, estimée 6 000/8 000 €, auxquelles succèdent juste après une grande composition (142 x 103 cm) de Jacques de Lajoue, Le Repos près de la fontaine dans un parc (10 000/15 000 €). Tout de rouge habillé d'un grand paravent double face à quinze feuilles (Espagne (?), XVIIIe), ornées de personnages et paysages, fleurs et blasons, sur fond corail, cette œuvre est annoncée à 5 000/8 000 €, tandis qu'une collection de porcelaines de Sèvres XVIIIe nécessitera 2 000 à 7 000/8 000 €. Voire plus si affinités… Comptez 18 000/25 000 € pour un cabinet flamand vers 1600 en placage d'ébène, bois de violette à riche décor peint de scènes mythologiques et de paysages, 4 000/5 000 € pour une pendule en bronze doré Louis XVI (cadran de Cronier) sur le thème de L'Allégorie du commerce maritime. Imposants par leurs dimensions et leur décor, une paire de grands vases ovoïdes couverts d'époque Napoléon III en porcelaine et monture de bronze doré, ornées de scènes antiques avec Orythie enlevée par Borée (d'après François-André Vincent) et Le temps qui sauve la Vérité du Mensonge et de l'Envie (d'après François Lemoyne), nécessitera 80 000/100 000 €.
vendredi 06 décembre 2019 - 13:30 - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne