Pérégrinations dans la campagne romaine en compagnie de Fontaine

Le 02 juin 2021, par Claire Papon

Le nom de Fontaine est étroitement lié à celui de Charles Percier, les deux hommes ayant été les promoteurs du style impérial. Cet album de 160 dessins constitue un émouvant témoignage des années italiennes du premier.

Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853), album comprenant 160 dessins, croquis et aquarelles montés sur 51 cartonnages bleus. Album : 36,5 x 48 cm. Reproduite, Vue animée d’une terrasse avec des arbres, prise d’un vestibule à arcade et colonnes ioniques, aquarelle sur traits de crayon noir, 31,2 21,8 cm
Estimation : 100 000/150 000 

Rome et ses environs, Naples, Herculanum, mais aussi Versailles, Malmaison, le parc de Saint-Cloud et le château de Randan en Auvergne, le voyage est immobile mais il ne manque ni de saveur ni de variété. Les œuvres à travers lesquelles il s’effectue ont été réalisées par Pierre-François-Léonard Fontaine entre 1785 et 1850, tour à tour au crayon et à l’encre noirs, au lavis brun, à la plume, à l’aquarelle. Certaines sont des croquis, d’autres des compositions abouties. Quant aux sujets, il se partagent entre paysages, vues urbaines ou de villas, relevés de frises antiques, ruines, intérieurs d’églises, caprices architecturaux, fragments de décors sculptés, jeunes femmes se promenant dans des sous-bois… Collés, montés à l’unité ou par groupes de trois à cinq vignettes, les dessins sont réunis dans une reliure à nerfs, une table manuscrite se trouvant à la dernière page de l’album. L’architecte lègue tous ses dessins à sa fille Aimée-Sophie Dupuis qui les transmet à son tour à son fils, Georges Meunié (1833-1927). C’est l’épouse de ce dernier, Félicie Meunié d’Hostel (1843-1936) qui monte les dessins dans les albums, ceux-ci passant ensuite par descendance dans la collection Dallemagne. Né à Pontoise d’un père architecte-fontainier, Fontaine entre en 1779 à l’école de Peyre le Jeune, architecte de Louis XVI. Admis trois ans plus tard à l’Académie royale d’architecture, puis second prix de Rome en 1785, il se rend à pied, sac sur le dos dans la Ville éternelle, impatient de découvrir les merveilles de l’Italie. Percier, rencontré durant ses études et grand prix de Rome en 1786, l’y rejoint. «Les Étrusques», comme on les surnomme, ne se quitteront plus. On leur doit en 1789 des décors à l’Opéra de Paris, la restauration du palais de la Malmaison et du Palais-Royal, la décoration de l’arc de triomphe du Carrousel, le grand escalier du Louvre… Fontaine poursuivra sa carrière sous Charles X et Louis-Philippe, et il serait mort en dessinant, à 91 ans.

Un œil de lynx

Le 02 juin 2021, par Claire Papon

S’il en est un que l’on n’envie pas, c’est ce guerrier suspendu à une branche pour tenter d’échapper à un guépard, tandis que son cheval subit les assauts de deux autres félins. L’œuvre est signée Lagrenée fils.

Anthelme-François Lagrenée le Fils (1774-1832), Guerrier grec et son cheval attaqués par un guépard, un lion et une lionne, gouache, aquarelle, plume et encre brune, crayon noir sur quatre feuilles accolées et montées sur châssis, 102,5 70 cm.
Estimation : 40 000/60 000 €

Aussi détaillée qu’une bulle de bande dessinée, notre feuille ferait presque sourire tant les expressions des hommes et des animaux paraissent exagérées et leurs positions improbables. Ayant blessé un guépard d’une de ses flèches, le soldat s’accroche à la rambarde d’une passerelle avec l’énergie du désespoir au-dessus du vide, et ne peut remonter car menacé par l’animal aux abois. À quelques mètres en dessous, en bordure d’un torrent, le cheval est attaqué par un lion et une lionne. Anthelme-François Lagrenée fait preuve d’une verve, d’une virtuosité et d’une précision extrême dans ce grand format. Le sujet s’apparente à La Chasse au lion de Bénigne Gagnereaux (1756-1795). L’œuvre, qui met aux prises dans un paysage montagneux trois cavaliers, l’un d’entre eux mordu par un lion tandis qu’un autre essaie d’abattre l’animal avec sa lance, est une composition célèbre (perdue durant la Seconde Guerre mondiale) que l’artiste peignit pour le grand-duc de Toscane en 1795. À la même époque, Anthelme-François Lagrenée, d’abord élève de son père Louis-Jean-François l’Aîné puis de François-André Vincent, forge son destin dans la tourmente révolutionnaire – il s’est engagé dans l’armée en 1793. Il reprendra sa carrière artistique peu avant 1800, en tant que peintre et miniaturiste, et se fera une spécialité de «peinture sous glace» pouvant s’adapter à des meubles, des boiseries ou des carrosses. Un tempérament de feu ?

Agenda
Prévoyez 15 000/20 000 € pour une pierre noire, estompe et rehauts de craie blanche du baron Jean-Baptiste Regnault, Les Trois Grâces. L'œuvre est en rapport avec le tableau conservé au Louvre, peint en 1793-1794. La vedette de la séance est certainement Pierre-François-Léonard Fontaine. Du célèbre architecte indissociable de Charles Percier, sont proposées une Vue animée de la salle du Héros combattant et du Tibre, au Louvre (vers 1817), à l'aquarelle, la plume et l'encre noire (30 000/40 000 €) et un album de 160 croquis et dessins principalement sur l'Italie (100 000/150 000 €). D'Anthelme-François Lagrenée le Fils, un Guerrier grec et son cheval attaqués par un guépard, un lion et une lionne à la technique très néoclassique nécessitera 40 000/60 000 €, de Johann Barthold Jongkind, c'est un Village hollandais aux toits rouges, 1867 (aquarelle gouachée, plume et encre brune) provenant de la collection Jules Warnier sur lequel on tentera sa chance, moyennant 10 000/12 000 €, tandis qu'une Vue de Nevers, 1870 (même technique) est annoncée à 4 000/5 000 €. La conclusion revient à un album amicorum (49 dessins, 2 gravures) offert à Julien Dillens par ses camarades de L'Essor, cercle artistique créé en 1876 (15 000/20 000 €). Le recueil reflète tant par ses paysages que ses portraits une atmosphère naturaliste ouvrant la voie au symbolisme.
vendredi 11 juin 2021 - 14:00 - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Ader
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne