Perriand, icônique

Le 03 octobre 2019, par Sophie Reyssat

La modernité de Charlotte Perriand ne faiblit pas, et ses meubles sont collectionnés dans le monde entier.

Charlotte Perriand (1903-1999), meuble de rangement, placage de bois, aluminium, plastique, Steph Simon, vers 1968, 270 300 30 cm.
Estimation : 20 000/30 000 

Débutant vers 1910 pour s’achever à la fin des années 2000, cette dispersion couvre un siècle de design. Au cœur de cette période, les années d’après-guerre représentent un épisode de rupture, pendant lequel la métamorphose de l’ameublement accompagne les changements de mode de vie. Le rationalisme poursuit sa marche, et le désir d’aménagements fonctionnels se fait sentir. On le retrouve dans les éléments d’architecture et les meubles de Jean Prouvé, ici proposés dans une fourchette de 1 200 à 6 000 €. L’esthétique constructiviste des bibliothèques à modules de Charlotte Perriand, notamment créées en 1952 pour les maisons du Mexique et de la Tunisie, s’inscrivent dans le même esprit. C’est également le cas de ce meuble de rangement plus tardif, réalisé à la fin des années 1960. Il s’agit d’une commande spéciale auprès de la galerie Steph Simon. Toujours rigoureusement minimaliste, il est animé par des caissons de différentes tailles créant un rythme accentué par une chromie changeante, quoique sobre. En l’observant, on ne peut que penser aux tableaux de Piet Mondrian. Autrefois avant-gardiste, le mobilier de Charlotte Perriand est aujourd’hui devenu intemporel. À ce titre, la fondation Louis Vuitton lui consacre une rétrospective, jusqu’au 24 février 2020.

Agenda

Toutes les tendances du design sont au rendez-vous, du modernisme d’avant-guerre, notamment représenté par des fauteuils de Marcel Breuer (entre 800 et 3 000 €), à la psychédélique chaise « sushi II » imaginée par Humberto & Fernando Campana en 2003 (7 000/9 000 €). La France sera à l’honneur avec Charlotte Perriand, dont le meuble de rangement est attendu autour de 25 000 €. La Scandinavie ne sera pas oubliée, et aura pour ambassadeur un classique d’Arne Jacobsen : un fauteuil « 3317 », dit « egg », et son repose-pied (8 000/10 000 €). À côté du mobilier, une flamboyante sculpture imaginée par Jean-Marie et Marthe Simonnet, appartenant à la série des « polymorphes », mettra de la couleur dans la sélection moyennant quelque 32 500 €.

lundi 07 octobre 2019 - 17:00 - Live
Aguttes Neuilly - 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne