Ettore Sottsass, viva Italia !

Le 27 février 2020, par Claire Papon

Délaissant le verre après la création d’une pièce présentée à la huitième Triennale de Milan, Ettore Sottsass renoue avec ce matériau dans le cadre de sa participation au groupe Memphis.

Ettore Sottsass (1917-2007), Astidamia, vase en verre polychrome, création de 1986 de la Compania Vetraria Muranese pour Memphis, h. 50 cm.
Estimation : 1 000/1 500 

Treize vases et coupes en verre soufflé de Sottsass dessinés entre 1982 et 1986 rappellent la magie de ce matériau mystérieux et fragile ainsi que le savoir-faire millénaire des artisans de Murano, tout en témoignant de la volonté iconoclaste de l’artiste. Ces œuvres, composées d’un empilement d’éléments géométriques colorés et assemblés à la colle chimique, reconnaissables entre toutes, lui attireront beaucoup de critiques. Sottsass, qui a fait sienne la maxime de son compatriote Dante Alighieri «Suis ton chemin, et laisse dire les gens», continuera à jouer avec les pleins et les vides, les couleurs et les transparences. Ces vases, dont les estimations oscillent de 1 000 à 3 000 €, sont accompagnés de meubles du groupe Memphis, né à la fin de l’année 1980 de la volonté de Sottsass de créer un «nouveau design», caractérisé par des formes asymétriques aux couleurs vives, et un usage du laminé plastique. 3 000/5 000 € sont demandés d’un exemplaire du cabinet D’Antibes, de Georges Sowden, et 6 000/8 000 € du bureau Ritz de Shiro Kuramata, en bois laqué et métal laqué vert, tandis qu’on attend 10 000/15 000 € du meuble de séparation Scarlet en plastique, marbre et métal, de Michele de Lucchi, ou 8 000/12 000 € d’un exemplaire de la bibliothèque Carlton, pièce principale de la première collection Memphis imposée par son fondateur, aux lignes intrépides mais entièrement démontable. Magique !

Agenda
Les luminaires alternent avec les meubles et les sièges dans un après-midi presque exclusivement consacré au design italien. On y croise des éditions d'Angelo Mangiarotti, une bibliothèque en bois laqué noir et verre opalin intitulé Coltrane, de chez Venini (15 000/20 000 €), un ensemble de meubles en bois de Gianfranco Frattini (est. 1 500 à 3 500 €), une lampe en métal laqué ivoire Lavinia des années 1965, signée Masayuki Kurokawa (édition Artemise, 3 500/4 000 €). Sans oublier bien sûr des verreries et du mobilier du groupe Memphis, d'Ettore Sottsass mais aussi Mimmo Paladino (cabinet en érable Ficcanaso d'une série limitée à 25 exemplaires, 40 000/60 000 €), Sandro Chia, Andrea Anastasio et Luigi Serafini. Du design européen et japonais ferme la marche où l'on a retenu un exemplaire de la table basse d'Ado Chale en bronze doré Goutte d'eau (25 000/30 000 €).
mercredi 04 mars 2020 - 14:30 - Live
Salle 1 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Millon